The Vanishing girl de Laura Thalassa chez Michel Lafon

25 avril 2018

Présentation de l’éditeur

Chaque nuit, Ember disparaît. Elle peut alors se téléporter n’importe où : à l’étranger ou dans la chambre du garçon qui lui plaît… Après dix minutes, elle réapparaît là où elle s’est évaporée. La jeune femme a toujours réussi à dissimuler ce don incroyable, jusqu’au jour où le séduisant Caden la kidnappe. Elle comprend alors que son pouvoir est une arme et que certains sont prêts à tout pour se l’approprier.

Enfermée dans une base secrète du gouvernement, Ember et Caden s’allient contre leur gré pour assurer des missions de téléportation toutes plus risquées les unes que les autres. Mais Ember est prête à tout pour retrouver sa liberté. Même si cela signifie un dangereux rapprochement avec Caden…

Auteur: Laura Thalassa

Editeur: Michel Lafon

Parution: 8 mars 2018

 

 

J’ai découvert ce roman lors de sa sortie chez Amazon Crossing, toutefois, je n’ai pas pris le temps de le lire. C’est principalement la couverture qui m’avait attirée. Il faut l’avouer, elle est sublime et intrigante. Une fois le roman terminé elle a d’autant plus de sens d’ailleurs. Quand Michel Lafon a réédité ce roman, je me suis dit que je ne pouvais pas passer à côté. Je me suis donc lancée dans la lecture de « The vanishing girl » de Laura Thalassa. Et je dois avouer que …….. Vous le saurez en conclusion :p.

 

Ember Pierce rêve… beaucoup… et pas comme vous et moi. Parfois, quand Ember s’endort elle se téléporte dans des lieux inconnus, entourée de personnes qu’elle n’a jamais vu. La jeune fille ne maîtrise pas du tout ce « pouvoir ». Juste après son 18 ème anniversaire, le gouvernement la capture pour l’emmener dans un centre pour les jeunes « comme elle ». Ce camp est proche des camps militaires et Ember a un peu de mal à s’habituer à sa nouvelle vie. Heureusement elle va être aidée pour cela par le sublime Caden.

 

L’intrigue principale a un postulat de base vraiment très intéressant. Et je dois avouée que l’auteur réussi à la rendre énigmatique. En terminant le roman, j’avais envie d’en savoir plus sur le sujet. Malheureusement la romance prend le pas sur l’intrigue d’espionnage et de complot. Elle les noie totalement en rajoutant en bonus des longueurs inutiles. L’histoire entre Ember et Caden est mignonne mais n’a pas réussi à me faire décoller alors que les questionnements autours de la téléportation et de l’étique de son utilisation dans des demandes gouvernementales me parlaient à 100% .

Alors oui Caden et Ember ont des zones sombres (qui ne sont pas assez mises en avant pour moi) qui titillent l’intérêt du lecteur. Toutefois, ils sont juste l’image du couple parfait, même dans les disputes, qui énerve. Vous savez ceux que l’on voit sur les pubs avec leurs dents extra blanches et leurs regards complices alors que c’est une pub pour des hémorroïdes… Bref le fait que Laura Thalassa mette très en avant la romance est pour moi une erreur. Cela m’a relativement gâché ma lecture. Durant de longues pages je me suis ennuyée… Au point d’avoir envie de sauter des parties entières.

L’univers créé par l’auteur est vraiment intéressant. La transportation maitrisée ouvre des portes à de nombreux possibilités. Et l’auteur développe une intrigue d’espionnage et de truands vraiment intéressante et assez originale. On se projette facilement dans la peau des personnages et on imagine sans peine ce que l’on ferait dans les situations tendues. Personnellement je me suis vraiment amusée durant les passages de téléportation. De plus, plus on avance dans le livre et plus les enjeux des téléportations sont importants. C’est palpitant.

Ember est un personnage sympathique mais sans plus. Il n’y a pas vraiment eu de lien affectif entre nous. Enfin de mon côté, elle je ne sais pas.  La jeune fille n’est pas banale et en même temps elle l’est. Son côté culcul m’a fortement agacé, de même que son côté je suis entreprenante et en même temps « ne me touche pas ». Bref j’aurai aimé un personnage un peu plus subtil.

Caden ne m’a pas non plus amené ce que j’attendais. Le beau mec parfait, avec un 6pack et des valeurs de héros, pourquoi pas. Mais là… Non non non ! Il est tout aussi cullcul que Ember. Il alimente le côté « gentillet » du roman. Alors que certaines scènes sont un peu hot, à côté on a des personnages aux comportements de collégiens puérils. C’est très agaçant.

 

« The vanishing Girl » a été une lecture très mitigée. Autant le côté fantastique avec les téléportations est vraiment intéressant autant la romance plombe tout à mes yeux. Pour moi l’auteur n’a pas su trouver le bon équilibre que ce soit pour l’intrigue ou l’âge de lecture conseillé pour ce roman. Ce déséquilibre est trop important pour vraiment savourer les points positifs. Toutefois, en refermant le roman je me suis dit que je lirais le second opus de la série. J’ai envie d’en savoir plus et j’attends de voir l’évolution de l’auteur pour me faire un avis plus définitif.

Please follow and like us:

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.