Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail
Home Actu Chronique Une braise sous la cendre
formats

Une braise sous la cendre

51Z5JLpULEL._SX309_BO1,204,203,200_

 

Présentation de l’éditeur

« Je vais te dire ce que je dis à chaque esclave qui arrive à Blackcliff : la Résistance a tenté de pénétrer dans l’école un nombre incalculable de fois. Si tu travailles pour elle, si tu contactes ses membres, et même si tu y songes, je le saurai et je t’écraserai. » Autrefois l’Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l’empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d’écrire s’expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d’élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté… et sauver ceux qu’ils aiment.

Auteur: Sabaa Tahir

Editeur: Pocket Jeunesse (PKJ)

Parution: 14 octobre 2015

 

 

CHRONIQUE EVEY

Marie B.  (mademoiselle je peux te convaincre en 30 secondes de lire un roman 😉 ) m’avait dit beaucoup de bien de ce roman. Comme ¾ du temps, ses conseils sont bons pour moi (elle me connait plutôt bien), je me suis dit que ce roman devait passer entre mes mains. Chose faite il y a maintenant un peu plus d’un mois. Vous allez me dire 1 mois pour lire et écrire la chronique cela n’est pas très engageant. Non, ne vous y trompez pas, ma lecture a été lente car je n’avais tout simplement que peu de temps pour lire depuis la rentrée. Il faut (encore à l’heure actuelle) que je trouve mon nouveau rythme de croisière. Bref, « Une braise sous les cendres » avait 1 : une couverture à tomber , 2 : un résumé intriguant et 3 : une super mise en avant par Marie. Je peux vous dire tout de suite que ce roman est un coup de cœur. Un bon gros coup de cœur. Je vous explique pourquoi !

 

Tout d’abord abordons l’univers. Si dans un premier temps (assez court) j’ai eu du mal à comprendre les différents rouages des castes, une fois que c’est chose faite, on peut totalement rentrer dans le roman. Sabaa Tahir intègre petit à petit les éléments importants et ne nous bourre pas d’informations. Ces dernières viennent progressivement, permettant ainsi au lecteur de faire dans sa tête une vision d’ensemble, assez précise tout de même du monde de « Une braise sous la cendre ».

J’adore quand, comme ici, les auteurs créent un univers complet. On est totalement dépaysé et l’immersion dans un nouveau monde bien construit est toujours jouissif. J’adhère totalement à la relation maîtres / esclaves, la domination d’une partie des vivants. Elle amène ici une dureté nécessaire. On n’est pas au pays des bisounours ! On est dans un monde sans merci. Sabaa Tahir réussi totalement à nous emporter dans ce monde froid où rien n’est fait pour réchauffer le cœur du lecteur et des personnages.

La partie école militaire est parfaite. L’auteur décrit un univers qui pourrait tout à fait être possible, sans pitié, mais possible. Les coups pleuvent, les « « tests » dignes de Koh Lanta version hard et les humiliations sont légions. Ici, on est dans un monde où la devise pourrait être « marche ou crève ».

Malgré cette dureté, j’adhère totalement à l’univers de Sabaa Tahir. Elle nous offre des descriptions fines et travaillées comme de la dentelle. Certains passages font froids dans le dos. Et c’est tant mieux !

Je suis assez fan des récits comportants plusieurs narrateur. L’alternance entre Laia et Elias ne m’a pas du tout posé problème. L’histoire avance ainsi plus vite, tout en restant complète. Le double point de vue permet aussi ici d’avoir une vision éclectique des histoires qui s’entremêlent. Si dans un premier temps l’action n’est pas spécialement au rendez-vous. Rapidement Sabaa Tahir va nous en mettre plein la vue. Des scènes à couper le souffle se succèdent, on est prit dans le tourbillon de l’action. On respire avec les personnages.

Laia est une jeune fille simple et pas particulièrement courageuse ou aventurière. Mais la vie (enfin l’auteur) a décidé de la faire sortir de sa zone de confort. Même bien sortir. En une soirée la vie de Laia bascule totalement. La mort l’entoure. Mais elle doit vivre pour sauver son frère. C’est donc avec un certain courage qu’elle va tout faire pour arriver à ses fins. Elle va devoir subir des moments très difficiles, défier la mort plusieurs fois. Laia va prendre en assurance et devenir une personne plus forte et plus fine. Dès les premières pages j’ai aimé ce personnage féminin. Bien qu’elle ne soit pas débrouillarde pour un sous, une empathie s’est faite entre nous. Et plus j’avançais dans l’histoire, plus je l’appréciais. Quel bonheur !

Elias m’a lui aussi plu dès les premières lignes. J’aime tout en lui, même son côté sombre. Elias est le meilleur des guerriers, mais au fond de lui il ne se sent pas fait pour cela, pour la mort. Il a un fond gentil et un code d’honneur. Et malgré les diverses épreuves qu’il doit traverser, il garde la tête haute et ses convictions. Bien évidement, il lui arrive de douter, de s’en vouloir. Mais le monde autour de lui n’est pas fait pour les faibles et les remords. Elias va devoir prouver et devenir ce qu’il ne veut pas être… Quel chemin va-t-il choisir ? Je vous laisse le découvrir.

 

Comme je vous l’ai dit, ce roman est un ENORME coup de cœur. Tout y est parfait pour moi. Les personnages sont attachants et ont de multiples facettes (la commandante rentre dans mon top 10 des personnages à tuer de mes propres mains), l’action est au rendez-vous, sans toutefois prendre trop d’espace et l’univers est froid, dur, étouffant. Un régal du genre ! Ne manquez surtout pas « Une braise sous la cendre », cette pépite est un des romans de l’année 2015!

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
2 Comments  comments 

2 réponses

  1. MeloW

    Je suis en cours de lecture et j’adore aussi!!! et puis la couverture est magnifique!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *