Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail
Home Actu Chronique Sous la même étoile
formats

Sous la même étoile

Présentation de l’éditeur

Une fois le lycée terminé, Hunter et sa demi-soeur Ashlin décident de prendre une année sabbatique et d’emménager chez leur père. Là-bas, ils retrouvent Chance, un garçon
fantasque avec qui ils passent tous leurs étés depuis l’enfance. Si le jeune homme les a toujours fascinés, Ashlin et Hunter éprouvent bientôt pour lui de tout autres sentiments. Mais ils comprennent aussi que les excentricités de Chance dissimulent une vérité bien plus noire…
Auteur: Kelley York

Editeur: Pocket Jeunesse

Parution: 16 juin 2016

*

*

*

 

CHRONIQUE EVEY

Je vais tout de suite mettre les choses clairement, cela m’arrive rarement , mais je n’ai pas réussi à lire ce roman en entier. J’ai lu les ¾ et cela a été dur. Pourtant ce roman me faisait très envie. Je partais avec l’espoir d’une bonne lecture, voir d’un coup de cœur, mais cela ne fût pas le cas… Je vous explique.

 

J’aime les propositions initiales d’histoires que nous offre Kelley York : la dualité amoureuse, l’attirance pour une  personne de même sexe alors que jusque là on était l’archétype de l’hétéro, le personnage fantasque, le côté sombre caché derrière des sourires, etc…

Mais à la moitié du roman, toujours rien… On fait quasiment du sur place. Seul Hunter et la découverte de ses sentiments pour Chance avance un peu…Et quand je dis un peu, c’est un peu. Hunter est agaçant, on dirait une vierge effarouchée. Il doute toutes les deux lignes et se pose des milliers de questions sans intérêt. Alors, oui je sais, découvrir que l’on a des sentiments pour une personne du même sexe est quelque chose qui n’est pas facile et émotionnellement éprouvant. Mais Hunter est trop dans une posture de fillette que l’on a envie de baffer tellement elle est ridicule dans son comportement et ses pensées.

Chance, qui est normalement l’élément séducteur du roman, m’a dès sa première apparition donné envie de l’étrangler avec un serre tête à paillette (ne me demandez pas pourquoi). Sur de lui, hautain, charmeur de supérette,… et encore bien des choses qui ne m’attire pas le moins du monde. Enfin, non je ne dirais pas cela, Travis dans « Beautiful Disaster » est un peu dans la même lignée de personnages. Et pourtant, je suis amoureuse de Travis à 200%. Ces défauts ne me dérangent pas, soit ils me font réagir mais je n’en fais pas tout un plat. Là, j’avais juste envie de passer les passages où Chance se trouve. Aucune alchimie entre nous…

Ashlin est peut être l’élément qui sauve un peu le reste. Toutefois, je n’ai pas plus accroché que cela à son histoire et au personnage…

 

Alors que je m’attendais à vibrer de partout, je m’ennuyais page après page. Les histoires, le décor, les mots, … Rien ne m’a séduit. Peut être un peu trop de bons sentiments à mon goût, de mollesse, de gentillet. Je voulais plus, plus de tout. Peut être qu’un jour je reprendrai ma lecture de zéro et le finirai, mais je vais laisser passer de l’eau sous les ponds d’abord, histoire de ne pas me braquer contre l’auteur au point de ne pas lire d’autres de ses romans.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *