Starcrossed

12 février 2012

 

4ème de couverture et infos

Startcrossed : Le destin les a unis, les dieux les ont séparés

Helen Hamilton mène une vie tranquille avec son père sur la petite île de Nantucket, près de Boston… jusqu’au jour où la famille Delos s’y installe. Et l’existence d’Helen bascule. De violents cauchemars la hantent chaque nuit, elle se voit errant dans le désert et à son réveil, ses draps sont couverts de sable et de poussière. Au lycée, elle est victime de terrifiantes hallucinations et croit voir trois femmes pleurant des larmes de sang… Attirée par le beau Lucas Delos, Helen comprend que leurs deux familles sont marquées depuis la nuit des temps par une terrible légende. Helen et Lucas ne sont autres que les réincarnations d’Hélène et de Paris, les héros maudits de la Guerre de Troie. Refusant de rejouer la tragédie de leurs ancêtres, les deux amoureux tentent de se fuir, mais la force de leur amour est trop puissante…

Auteur : Josephine Angelini

Editeur : Pocket Jeunesse

Parution : 2 février 2012

 

Chronique d’Evey
Starcrossed fait partie des romans que j’avais hâte de découvrir cette année. Résume et couverture attirantes, des notes plutôt bonnes sur goodread… Bref, un roman au succès programme.
Malheureusement « Starcrossed » n’a pas atteint mes espérances. L’auteur de « Starcrossed » avait tout pour faire superbe roman, mais ne trouvera malheureusement pas grâce à mes yeux.
« Starcrossed » ou la chronique d’un roman qui aurait du attendre facilement la note de 9/10 et qui s’en sort au final avec un 4,5/10…
Ce qui m’a le plus déçu et qui malheureusement se répète quasiment tout au long du roman est l’impression de lire « twilight sauce mythologie grecque. Si je n’avais eu qu’une seule fois cette impression, je le serais dit que c’était du hasard… Mais là, c’est flagrant à de nombreuses reprises. Un exemple: Lucas ( pendant d’Edward) a 4 frères et sœurs. Une des sœur déteste au début Hélène, l’autre l’aime bien, c’est Ariane. Ariane est un personne enjoué, type petit lutin… Les deux frères sont spécialises en combats, il y a la grosse brute et le stratège…(Emmett et Jasper?)
Lucas a un pouvoir particulier, tout comme Ariane, Cassandre (qui connais l’avenir).
Comme vous pouvez le voir, la composition de la fratrie ( coussins, frères et sœurs) ressemble beaucoup à celle de la famille Cullen.
Mais ce qui est triste c’est que l’on n’est pas obligé d’aller chercher aussi loin. Les premières rencontres entre Hélène et Luca sont quasiment des remake de « Twilight ».
Ce « plagiat » est vraiment dommage car des que l’auteur se dégage totalement de ces références à la saga vampirique, le roman prend de l’ampleur. L’univers qu’a créé Josephine Angelini  est très intéressant et référence à la mythologie grecque sont pertinentes et rendent le roman prenant. Il fallait un certain culot tout de même pour transposer tout les codes de la tragédie grecque à notre époque. Car bien que certaines ficelles du genre peuvent aisément se retrouver chez nos contemporains, d’autres étaient impossible à imaginer à notre époque. Josephine Angelini le fait pourtant, sans complexe et avec une certaine dextérité.
Fan de la mythologie grecque, des pièces de Sophocle ou Euripide, vous prendrez un plaisir immense avec ce roman. Ça a d’ailleurs été mon cas. Josephine Angelini réussi à nous expliquer les bases de la mythologie sans lourdeurs. Elle ne reste pas pour autant à la surface des choses. Parfois en refermant un livre on se sent moins bête. Et bien c’est le cas avec « Starcrossed ».
Le gros point fort de « Starcrossed » est à mes yeux l’excellente utilisation du mystère par Josephine Angelini. On saute d’une interrogation à une autre, les mystères s’entremêlent, les questions afflux de tous côtés, … On est pris dans un tourbillonne de secrets, les pages défiles, on veut découvrir les clés. On se demande, spécule, reviens sur nos idées initiales, … Et ce avec bonheur :).
Hélène est une jeune fille mal dans sa peau. Au premier abord, on pense que ce malaise est superficielle, qu’elle en rajoute un peu, et puis les mécanismes de la tragédie se mettent en place et nous dévoile une jeune femme bien plus complexe que ce que l’on pourrait le penser. Je n’ai pas complètement accroché au personnage d’Hélène, certains traits de son caractère mon irrité. J’espère que le second tome lui laissera vraiment déployer ses ailes.
Je n’ai pas vraiment non plus accroché à Lucas. Ce qui est marrant c’est qu’il me faisait l’impression d’un Edward. Sans rire, plusieurs fois en lisant « Twilight » je relais après Edward et ces réactions infantiles. Avec Lucas, ce fut la même chose. Je crois que les enfants « gâté », égocentrique et tourmenter ce n’est pas fait pour moi…
Alors que je n’ai pas vraiment eu de coup de cœur pour les personnages principaux, les secondaires eux ont parfaitement su attirer mon attention.
Cassandre est désagréable, mais étrangement, on a envie d’en savoir plus sur elle. Elle agit comme un aimant sur le lecteur.
À la fin de la lecture, j’avais envie d’en apprendre plus sur Hector ou Castor. Comment leur nouvelle incarnation était relié au mythe. Ce ne sont pas des personnages « sympathique » mais ils possèdent un pouvoir d’attraction auquel vous n’échapperez pas.
« Starcrossed » est donc une petite déception pour moi. Mais vous savez quoi… J’ai quand même hâte de lire le second tome! Pourquoi? C’est tout simple, dans la dernière partie du roman, Josephine Angelini  s’est complètement détaché de l’influence « Twilight » et le roman prend son envol. Je me dis donc que le second tome ne devrait pas répéter les défaut du premier. Si l’auteur reste dans le lignée des dernières pages de « Starcrossed » alors le second tome sera une réussite

 

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.