Risque Zéro

29 avril 2015

Présentation de l’éditeur

« Imaginez un monde où tout Risque est banni, un monde où le danger n’existe plus, où tout ce qui peut nuire est un délit. Fini le sport, trop dangereux! Interdites, les passions, trop violentes ! Ce monde du risque zéro, c’est celui des États-Sécurisés d’Amérique, en 2074. C’est aussi celui de Bo Marsten, 16 ans. Pour lui, ce monde est un cauchemar. Et il a décidé de résister. Pour être libre. Pour prendre le risque de vivre, tout simplement… »

Auteur: Pete Hautman

Editeur: Milan / Collection Macadam

Parution:

 

 

 

 

CHRONIQUE EVEY

Je ne sais pas trop ce que je vais pouvoir dire sur ce roman. Car il me laisse perplexe et divisée. J’avoue que j’attendais de le recevoir avec impatience, la dystopie j’adore. Le résumé était extra et laisse présager un univers assez singulier. C’est donc affamée que je me suis jetée dessus. Et je dois dire que je ne sais pas quoi penser de ce premier tome. Je vais essayer de vous expliquer pourquoi.

Bo est un jeune homme sanguin, il s’emporte vite tout comme son père (qui est déjà en prison pour ce type de comportement). Un de ses petits camarades d’école à le don de l’insupporter et de l’énerver plutôt rapidement. Surtout quand ce dernier touche à la fille dont Bo est amoureux. Rapidement notre jeune héros va commettre assez de fautes pour se retrouver prisonnier dans une des multiples usines carcérales. Dans un premier temps, Bo se retrouve à garnir pendant 16 heures par jour des pizzas et à ne manger que cela. Mais la chance va tourner et Bo va réussir le test qui lui permet de devenir un Mordoré. Ces derniers sont des privilégiés qui passent leurs journée à faire du sport et plus précisément du football américain. Le « gérant » de l’usine s’est fait une petite équipe qui devrait bientôt affronter une autre équipe.

Bon alors j’avoue, quand le livre a commencé à tourner « sport », « football américain », mon engouement pour « Risque Zéro » s’est rapidement effrité. Mais je me suis accrochée et j’ai continué le roman. Cela m’a semblé interminable. Et même si je comprends plus ou moins pourquoi l’auteur a intégré cette partie, je la trouve trop longue et ennuyeuse.

On n’avait pas besoin d’autant de page pour comprendre que certains (voir beaucoup) passent au dessus des lois et jouent dans leur coin avec les « risques ».

Bo est un personnage vrai et entier. Je l’aime bien, malgré qu’il soit sanguin. Il ne se laisse pas faire et sous ses airs de garçon pas spécialement bon à l’école, il n’en est pas moins intelligent. J’ai aimé le fait que Bo se lance toujours à 100% dans les divers événements qui lui arrivent. Si dans un premier temps on se dit qu’il ne réfléchi pas avant d’agir, on se rend rapidement compte qu’il est instinctif (et que ça fonctionne) et plutôt futé.

 

 

L’univers et l’idée d’un monde sanctionnant la prise de risque étaient vraiment bon à mes yeux. L’auteur pouvait aller dans pleins de directions différentes. Le passage de course à pied est juste génial et nous plonge dans quelque chose de nouveau. Les personnes qui ne sont pas rebutées par le sport passeront un bon moment, pour les autres, même si certains passages sont lourds, la fin laisse présager un second tome très différent au niveau de l’intrigue.

 

Please follow and like us:

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.