A quelques secondes près.

23 août 2013

 

4ème de couverture et infos

A 16 ans, Mickey Bolitar a déjà vécu son lot de tragédies : la disparition de son père, les difficultés de sa mère à surmonter ce choc, l’installation chez son oncle Myron avec qui il ne s’entend pas vraiment. Et le cauchemar ne s’arrête pas là, Mickey et ses amis Ema l’intrépide et Spoon le déjanté se retrouvent mêlés à une affaire de meurtre impliquant leur camarade Rachel… Un choc immense.
Mickey, qui cherche à comprendre les circonstances mystérieuses de la mort de son père et à découvrir ce qui se cache dans le passé de ses parents, ne peut abandonner Rachel et décide de remonter également la piste de son agresseur.
Si Mickey n’a jamais hésité à se mettre en danger pour venir en aide aux personnes qu’il aime, il se demande comment les protéger alors qu’il ignore d’où vient la menace. Et s’il y a une chose qu’il a appris dernièrement, c’est que la curiosité se paie cher. Mais n’est-il pas déjà trop tard pour reculer ?

 

Auteur: Harlan Coben

Editeur: Fleuve Noir ou Pocket Jeunesse

Parution: 5 septembre 2013

 

 

CHRONIQUE EVEY

Pour ceux qui suivent le blog, vous savez que pour moi « Harlan Coben c’était l’auteur de best seller de qui vous donne froids dans le dos… » (à dire avec une grosse voix qui fait froid dans le dos comme à la radio). Oui, je n’avais que peu d’intérêt pour cet auteur. Oui, je n’aime pas faire comme les autres. Et oui, …, ça me fait passer régulièrement à côté de bonnes choses (mais pas trop non plus, exemple Lady Gaga je vis très bien sans). Bref, il a fallu que Pocket Jeunesse me fasse miroiter un super bon polar l’année dernière, pour que je daigne enfin m’intéresser au roi du frisson. Le premier tome des aventures de Mickey m’a conquis. C’est donc tout naturellement que je me suis penchée sur le second tome. Harlen Coben va t-il enfin prendre une place dans mon top auteur? Vous le saurez dans quelques lignes.

 

Ce second tome commence là où nous avions laissé notre héros. A peine sortie des ennuis que le voila déjà embarqué dans une nouvelle aventure. Une nouvelle intrigue est mise en place. Et je dois dire que j’ai adoré supputer qui avait pu tirer sur Rachel et sa mère. Je suis d’ailleurs super contente car j’ai rapidement trouvé qui :). Par contre il a fallut que Harlan Coben me donne la clé du pourquoi.

Comme dans le premier tome cette intrigue one shot est vraiment super sympa à lire. Les suspects s’enchaînent, c’est du pur bonheur. On prend aussi un véritable plaisir à suivre les aventures de nos petits Sherlock Holmes en herbe. Derrière le polar, il y a une belle histoire d’amitié. L’amitié est d’ailleurs l’un des sujets de ce tome. Jusqu’où peut on aller en amitié? Faut-il tout se dire quand on est amis? Au bout de combien de temps peut-on considérer quelqu’un comme un ami? Etc… Bref dans un monde où le mot « amitié » ne veut plus dire grand chose (dites pas non je suis sure que vous avez des « amis » Facebook qui sont à la limite de la connaissance 😉 ). Harlan Coben nous rappelle les bases d’un lien unique et fort.

En dehors de l’intrigue one shot, l’auteur nous emmène encore plus profondément dans les abysses de l’intrigue principale. Et je peux vous dire que c’est succulent! Par contre ne vous attendez pas à avoir la réponses à toutes les questions que vous vous posez… Harlan Coben sait jouer avec le lecteur, l’emmener dans une direction avant de lui faire rebrousser chemin, lui indiquer des fausses routes aux milieux des bonnes. On se régale!

 

Mickey est toujours aussi attachant. J’aime son côté fonceur et la vision qu’il a de lui. Mickey est un jeune homme réaliste et loyal. On le découvre un peu plus tourmenté dans ce tome.

Ce tome nous dévoile pas mal de choses sur Ema et ce n’est pas pour me déplaire. J’aime vraiment beaucoup ce personnage caricatural et pourtant tellement réaliste.

Spoon quand à lui est égal à lui même… Il détend les zygomatiques du lecteur!

 

Bref vous l’aurez compris ce second tome est à la hauteur du premier. Toutefois, je trouve qu’il fait plus jeunesse que son prédécesseur… ce serait mon seul bémol pour « A quelques secondes près ». Mais gardez juste en tête que je me suis éclatée avec ce roman et que je le recommande chaudement aux fans de polar.

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.