Prélude

4ème de couverture et infos

 

Un démon tentateur.
Un ange gardien.
Si l’amour et la magie s’en mêlent, lequel des deux sera le plus dangereux ?

Marion est une jeune violoncelliste de 15 ans qui vient de réussir le concours d’entrée de l’Ecole Supérieure de Musique de Paris. Mais la jeune fille doute d’elle, de son envie de devenir musicienne professionnelle ainsi que de son talent. Elle vit seule avec sa mère, une concertiste réputée qui exige que sa fille suive la même voie qu’elle.
Le jour de la rentrée, Marion fait la connaissance de deux musiciens surdoués qui ne la laissent pas indifférente. Mais ces deux jeunes hommes séduisants sont aussi très différents l’un de l’autre. Le premier, Gabriel, est étrangement proche et pourtant insaisissable. L’autre, Sam, lui propose un pacte dangereux où elle serait enfin affranchie de tous ses doutes.
Marion va partir en quête de la vérité, sur elle-même et sur ceux qui l’entourent, et aller au devant de bien des dangers. Au moment fatidique, fera-t-elle le bon choix ?

Prélude est le premier mouvement du dyptique Elégie pour un Ange. Un roman en plein cœur du quartier latin qui vous emportera vers une fantastique histoire d’amour et de mystère au son du violoncelle de Marion. Envoûtant et fascinant.

Auteur: Marie-Alix Thomelin

Éditeur: Éditions Midgard

Sortie: 14 avril 2012

 

CHRONIQUE – CASSANDRE

Depuis plus d’un an que j’attendais la sortie de ce roman, inutile de préciser que je me suis précipitée à la première dédicace de l’auteur afin de me le procurer. J’ai abandonné lâchement ma lecture en cours et me suis plongée dans les pages de cette histoire angélique. Eh bien, je n’ai pas été déçue !

Marie-Alix annonce clairement la couleur : élégie pour un ange est de la paranormal romance young adult, et il n’y a pas à s’y tromper. Tout y est : le triangle amoureux, les adolescents, les parents castrateurs, le bien et le mal, et surtout, le surnaturel.

Dès le début de ma lecture, j’ai été frappé par le style de l’auteur. Fluide, léger et d’une précision redoutable. Il est difficile de croire qu’elle nous offre ici un premier roman. Le temps de narration est également surprenant. Marie-Alix a opté pour un récit au passé-composé et une fois la période d’adaptation passée, la lecture est facile, vivante et attractive. Le choix du vocabulaire est juste ; il n’est ni pompeux, ni juvénile. Les termes techniques employés pour parler du monde musical dans lequel est situé le contexte lui offrent une grande crédibilité sans pour autant nous assommer par sa complexité. Moi qui ne supporte que très peu la musique classique, j’ai vagabondé sur le net à la recherche des morceaux cités. Une chose amusante m’a frappée : lorsque l’auteur nous emmène au cœur des répétitions de Marion, le récit des longues heures de travail sentent le vécu. Marie-Alix, as-tu souffert de cloques aux doigts durant ta jeunesse ? *rire*

Pour l’histoire en elle-même, la première moitié consiste à mettre ne place les personnages et les événements à venir. Certains faits ne sont pas difficiles à deviner, et d’aucuns s’en plaindront, mais l’important à retenir n’est pas là, car l’intrigue est plus profonde qu’il n’y parait. Parfois, la frustration liée à un passage m’a donné envie de sauter à pieds joints sur l’ouvrage (oui, je torture mes livres). Les pièces du puzzle se mettent en place doucement, et une fois réunies, tout s’enchaîne et se déchaîne. La seconde moitié est vrai plaisir et tout en dévoilant une grande partie du mystère, elle laisse planer suffisamment d’ombre pour attendre le tome 2 avec impatience.

En conclusion, je dirais que Prélude est un excellent roman de paranormal romance young adult. Tous les ingrédients sont présents et l’auteur a su y ajouter parfaitement sa patte. Les fans du genre ne seront à mon sens pas déçus.

J’ai tout de même un petit bémol qui serait plus inhérent au YA en général, que du fait de l’auteur ou de la qualité de son histoire : l’héroïne manque à mon goût d’un peu de caractère. Elle se laisse porter par les évènements et, comme le disent très justement des amis au sujet d’autres romans, manque d’instinct de survie. Même constat pour sa mère. Sans spoiler, je dirais que la « révélation » est un peu trop facilement acceptée. Mais comme je l’ai dit, il ne s’agit que de mon sentiment, et non d’un point faible insurmontable.

Donc… Courez dans vos librairies les amis !

 

Et message subliminal pour Marie-Alix : je n’attendrai pas deux ans pour la suite, tu es prévenue ! 😉

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.