Plus encore que la vie

4 juillet 2012

4 ème de couverture et infos

Aux yeux de Kate, Vincent est parfait. À un détail près. Vincent est un revenant. Un revenant dont la vie consiste à mourir pour sauver des gens.

Mourir puis revivre. Indéfiniment.

Auteur: Amy Plum

Editeur: Milan

Parution:2 mai 2012

CHRONIQUE – EVEY

 

Et si les revenants n’étaient pas des zombies mais des beaux gosses au cœur tendre… qu’en diriez vous? Oui je sais cette question vous ne vous l’êtes jamais posée, d’ailleurs moi non plus avant de découvrir la mythologie des revenants d’Amy Plum.

 

 » Plus encore que la vie » possède un univers vraiment original puisque les revenants ne sont pas des êtres puants et incerrébrés mais des personnes comme vous et moi, enfin plus ou moins comme vous et moi. Amy Plum nous livre une vision romantique et poétique du mort vivant qui ravira les jeunes filles en fleur et amatrices de Twilight. Je ne vous en dirais pas plus sur les »revenants » ; leur description et l’intégration de leurs mythologies joue un rôle important dans la lecture du roman. Autant que vous le savouriez autant que moi.

 

Amy Plum possède un don, celui de rendre « beau » tout ce qu’elle décrit. Sa plume réussi à illuminer la capitale française comme personne, donnant envie au lecteur d’aller se promener au grés du vent du côté de Saint Germain ou sur la Seine. Paris redevient  la Lumineuse, la Belle, celle des poètes et auteurs du 19 ème siècle. Les mots prennent vie sous nos yeux, nous laissant sans voix devant tant de beauté.

Si vous n’aimez pas Paris, Amy Plum vous convaincra de lui laisser une chance, si vous aimez déjà la capitale, vous n’aurez qu’une envie lire et relire les descriptions accoudé au pont des Arts.

 

Noirceur et douceur… Voici, je pense, les deux mots qui qualifient le mieux l’atmosphère de  » Plus encore que la vie ». Amy Plum entraine le lecteur dans un univers doux où l’amour est tendresse, sourires, premières fois. On tombe parfois d’ailleurs un peu trop dans le mielleux. Histoire d’équilibrer le texte;l’auteur a entouré la superbe romance de Kate et Vincent d’un monde sombre où le mal rôde et n’attend qu’une seule chose, briser le bonheur des humains. Ce contraste permet de renforcer ces deux aspects du livre, comme une bataille entre l’ombre et la lumière.

On retrouve d’ailleurs cette dualité dans les deux histoires principales du roman, l’histoire d’amour face au combat des revenants. Ce face à face permanent rythme le livre, nous faisant passer d’une émotion à une autre sans jamais nous laisser reprendre notre souffle.

Kate est une jeune fille que la vie n’a pas épargné. Timide et renfermée, elle est tout le contraire de sa sœur. Kate est passionnée de lecture, point qui permettra surement à un grand nombre de lectrices de s’identifier au personnage. Je ne suis pas vraiment tombée sous le charme de Kate, elle est parfois incohérente et énervante. Enervante comme seule une fille peut l’être…Personnellement j’aurais aimé que Kate soit plus fonceuse et moins négative.

 

Vincent est … attirant, irrésistible, d’un autre temps. Si vous avez succombé à Edward Cullen vous succomberez à Vincent ;).

Si Vincent ne vous emballe pas, je suis sure que l’un des autres personnages masculins du roman y arrivera. Pour ma part… Jules a parfaitement rempli le contrat :).

 

« Plus encore que la vie » est un roman tout en contraste. La douceur y côtoie la noirceur, se renforçant l’un l’autre pour entrainer le lecteur dans une spirale enivrante. Si vous aimez les histoires d’amour, fleures bleues, les beaux garçons et Paris, ce roman est fait pour vous!

 

 

 

 

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.