Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail
formats

Phobos

download (2)

 

 

Présentation de l’éditeur

Six prétendantes.
Six prétendants.
Six minutes pour se rencontrer.
L’éternité pour s’aimer.

Il veulent marquer l’Histoire avec un grand H.
Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’oeil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.
Elle veut trouver l’amour avec un grand A.
Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour…
Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.
Le premier tome de la nouvelle série de Victor Dixen, double lauréat du Grand Prix de l’Imaginaire.

Auteur: Victor Dixen

Editeur: Collection R

Parution: 11 juin 2015

 

 

CHRONIQUE EVEY

 

Je ne connaissais Victor Dixen que de nom. Soit j’en avais beaucoup entendu parler mais je n’avais jamais pris le temps de découvrir cet auteur. Alors quand l’attachée presse de la Collection R m’a fait un mail très enthousiaste sur « Phobos », je lui ai fait confiance les yeux fermés (elle a toujours su parfaitement me conseiller). Malgré ma « panne » de lecture actuelle, j’ai lu relativement vite ce livre. Mais… est ce parce que la lecture était bonne ? Ou parce que je n’ai pas supportée l’intrigue du roman ? Vous le saurez dans quelques lignes !

 

Léo est orpheline, abandonnée dans une poubelle alors qu’elle n’était qu’un bébé, elle a grandi comme elle le pouvait. Alors, quand elle entend parler du projet Genesis, qui enverra sur Mars 6 filles et 6 garçons pour commencer la colonisation de la planète, elle voit cela comme une possibilité de tout recommencer de zéro. Mais au moment du départ, un homme étrange, sans le vouloir, lui laisse dans une bousculade, son téléphone portable. Ce dernier renferme des informations vraiment importantes sur la mission Genesis. Des informations qui pourraient changer la vie des 12 participants.

Dans un premier temps, Victor Dixen nous présente les prétendantes et les prétendants. Cela prend un peu de temps, mais j’avoue que j’ai compris pourquoi en refermant le livre. Cela était nécessaire pour que le lecteur rentre à 200% dans l’histoire et connaisse bien les personnages. On prend plaisir à découvrir les speed-dating et les différents caractères de nos héros de l’espace. Si vous êtes comme moi, vous aurez vos chouchous. Ce qui vous anime encore plus durant les rendez-vous.

Si dans un premier temps j’ai trouvé un peu longue cette partie, qui facilement pouvait tomber dans la routine (les speed-dating se succèdent et se ressemblent plus ou moins), j’ai compris en refermant « Phobos » que Victor Dixen était un génie ! Toutes ces pages étaient nécessaires pour faire monter très très progressivement l’intensité du roman et terminer en tsunami ce dernier. Car sachez le, la fin va vous rendre les quelques mois qui nous séparent du mois de novembre (sortie du second tome) interminables.

Une véritable alchimie s’est rapidement mise en place entre Léo et moi. Le dessin nous rapproche, et ce que les autres prennent pour de l’hystérie, je l’ai tout à fait compris autrement dès les premiers passages délicats. Léo est une jeune femme volontaire et naturelle. Et même si elle devient de plus en plus féminine et sophistiquée au fil des pages, cela ne la rend que plus adorable. Elle se découvre autrement que comme l’orpheline garçon manqué. Son côté impulsif et vrai sont plus qu’appréciables. Léo a des défauts que ses qualités estompent.

Les autres filles sont plus ou moins sympathique à mes yeux. Si Liz est pour moi, et ce rapidement dans le roman, LA personne à détester ; Kris est adorable. Fleur bleue et fan de romans à l’eau de rose, elle idéalise les choses et laisse ses sentiments s’exprimer à chaque instant, mais ce, toujours dans la tendresse. Je vous laisse découvrir les autres.

Pour les garçons, mes chouchous sont trois : Mozart, Marcus et Kenji. Complètement différents les uns des autres, ils ont chacun leurs charmes et leurs défauts. Toutefois, chacun d’eux (sauf Kenji) renferme un romantisme qui lui est propre. Ce qui est appréciable chez les garçons c’est qu’il y a peu de drague « lourde ». Ils vont vite se montrer touchant, à leur manière.

 

Vous l’aurez compris, ce roman est un coup de cœur. Si dans un premier temps les longueurs m’ont ennuyées, en refermant le roman j’ai parfaitement compris que Victor Dixen avait construit ce roman comme le tome 1 d’une saga, dans l’idée de la continuité des prochains tomes. Tout ce temps passé avec les prétendants nous permet d’être parfaitement en symbiose avec eux et de vivre pleinement le début de la « vraie » aventure. Novembre semble loin… J’ai hâte de découvrir comment l’auteur a choisi de nous faire vivre la suite et ce que vont devenir les personnages.

Je suis heureuse d’avoir découverte, enfin, Victor Dixen. Je pense que je me pencherai un peu plus sur les autres écrits de cet auteur déjà adoré par des milliers de lecteurs.

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
4 Comments  comments 

4 réponses

  1. Ce livre me fait extrêmement envie depuis sa sortie !

  2. Maevveam

    Ce livre est mon prochain achat, promis juré craché !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *