Nés à Minuit / Renaissance – Métamorphose (tome 1)

15 mars 2015

download (2)

Présentation de l’éditeur

Della Tsang ne veut pas d’histoire d’amour. C’est ce que la jeune vampire ne cesse de répéter à Steve, le métamorphe qui tente encore et toujours de la conquérir. Mais l’arrivée à Shadow Falls de Chase, un vampire pour lequel elle ressent une étrange attirance, bouscule ses plans. Luttant contre ses sentiments, la jeune fille se concentre sur son véritable but : devenir membre des forces spéciales surnaturelles. Au même moment, son cousin disparaît, et elle découvre l’existence d’un oncle, qui aurait mis sa mort en scène pour dissimuler une métamorphose vampirique. Della est prête à tout pour les retrouver, y compris à s’allier avec Chase et Steve…

Auteur: CC Hunter

Editeur: Michel Lafon

Parution: 19 février 2015

 

 

CHRONIQUE EVEY

Fan de la saga initiale, ce premier tome du spin-off me faisait de l’œil. Alors quand Michel Lafon nous l’a proposé, j’ai sauté sur l’occasion. Retrouver l’univers de « Nés à minuit », voila un programme qui me plaisait !

 

Le roman commence doucement, CC Hunter nous présente son nouveau personnage principal. Il s’agit de Della Tsang, une jeune métisse asiatique qui cache à toute sa famille qu’elle est devenue (tout comme son cousin) un vampire. C’est pourquoi ses parents sont persuadés que Della fait une très grosse crise d’adolescence. Ses parents, et surtout son père, ne la regardent plus comme avant. Ce qui touche au plus profond de son cœur la jeune fille. Ce manque d’affection pousse Della à rechercher coûte que coûte son oncle (frère jumeau de son père), qui, elle en est persuadée, est lui aussi un vampire. A cette intrigue personnelle vient s’ajouter une intrigue principale sous forme d’enquête après le meurtre sanglant d’un jeune couple. Mais aussi une romance qui est loin d’être un chemin sans embûche.

Les diverses intrigues se mettent en place très lentement, et j’ai eu beaucoup de mal à avancer. Par moment j’avais même l’impression de faire du sur place… On avait des mini, mini bribes d’informations sur l’accident. Della en étant tenue plus ou moins éloignée. Ce qui est dommage car au final quand le dénouement arrive on a l’impression que l’enquête a été résolu d’un coup de baguette magique… Cette sensation est renforcé par l’intervention héroïque et étrange de Della.

Le mystère qui entoure la famille de Della est lui plus développé. Et j’avoue que cela est assez intéressant. On en apprend plus sur les vampires et leur façon de « vivre ». Il dévoile aussi, dans les 100 dernières pages, une Della ultra-sensible et vraiment mal dans sa mort.  L’intrigue autour de Della s’impose comme la plus intéressante et promet une suite vraiment intense si l’auteur l’approfondie. J’ai adoré comment C.C. Hunter a su donner au compte goutte, mais pas non plus au ralenti, les informations pouvant guider le lecteur sur sa mythologie vampirique. A la fin de ce premier tome, beaucoup de questions n’ont pas encore trouvées de réponses. Et c’est cela qui va me faire continuer la saga, malgré mon avis en demi teinte.

La romance est intéressante car permet au lecteur de connaitre plus personnellement Della. Et même si l’auteur nous met l’incontournable triangle amoureux, elle lui donne un dénouement vraiment très intéressant. De plus cela rend Della, plus sympathique. Car si vous saviez le nombre de fois où j’ai eu envie de la baffer… Della est à mes yeux un personnage antipathique. Elle est égocentrique et petite peste. Ses coups de tête sont rapidement soulant. Sincèrement, si il n’y avait pas eu les derniers rebondissements, Della aurait fait partie de ma « Hate Liste : personnage de roman ».

Les personnages secondaires sont assez développés à mon goût et permettent surtout de découvrir les autres espèces surnaturelles de « Né à Minuit ». Certains personnages sont à la limite du cucu, exemple, la petite sorcière… Mais je vous laisse la découvrir. Steve le métamorphe est lui très intéressant, j’espère sincèrement que C.C. Hunter développera encore plus son personnage et que l’on en apprendra plus sur les métamorphes. L’auteur introduit aussi les fantômes dans ce premier tome, ils ont un comportement déviant de leur espèce. Un point qui j’espère sera creusé.

 

Ce sont les 100 dernières pages du roman qui m’ont convaincu de ne pas mettre un petit 2/5 sur Goodreads et surtout de continuer la saga. Le début est vraiment laborieux et le personnage principal est antipathique… Bref rien pour retenir le lecteur à la base. Mais C.C. Hunter réussi a nous envoûter dans les dernières pages de ce premier tome, promettant un second livre bien plus intéressant.

 

Please follow and like us:

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.