Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail
Home Actu Chronique « Notre année trouble » de Sarina Bowen
formats

« Notre année trouble » de Sarina Bowen

the-ivy-years-tome-1-the-year-we-fell-down-842961-264-432

 

Présentation de l’éditeur

Le sport qu’elle aime est devenu inaccessible. Le garçon qu’elle aime n’est pas libre. Que lui reste-t-il ?

Elle s’attendait à intégrer l’Université de Harkness en tant que joueuse de hockey sur glace. Mais à la suite d’un accident grave, c’est en fauteuil roulant que Corey Callahan doit commencer les cours.
Son voisin de palier, dans sa résidence accessible aux personnes à mobilité réduite, est trop beau pour être vrai. Il s’appelle Adam Hartley, et c’est un autre joueur de hockey handicapé par deux blessures à la même jambe. Il ne joue pas dans la même ligue que Corey. Et puis, il est déjà pris.
Pourtant, une amitié hors du commun va naître entre Corey et Hartley, dans le « ghetto des éclopés » du bâtiment McHerrin.

Auteur: Sarina Bowen

Editeur: Rennie Road Books

Parution: 02 novembre 2016

 

chronique-evey

Dès que j’ai lu le résumé de ce roman j’ai voulu le lire. Mon côté assistante sociale surement ;). Je ne suis pas à la base vraiment adepte d’histoires d’handicapés, car souvent elles sont traitées de façon « gnan-gnan ». Mais je ne sais pas pourquoi ce livre m’a tout de suite interpellé. Comme si le lire était vital pour moi. Cela existe parfois quand on rencontre quelqu’un. On sait que le destin l’a placé là pour nous. Bref, ce livre il me le fallait !

 

Corey avait tout pour elle, super joueuse de hockey sur glace, acceptée dans une très bonne université, etc… Mais rien ne s’est passé comme prévu. Un terrible accident la blesse grièvement. C’est donc en fauteuil roulant que Corey doit faire sa rentrée universitaire. Dès le premier jour elle rencontre « l’autre handicapé » du campus Adam Harley. Ce dernier pourra retrouver les patins sous peu mais comprend bien les frustrations de Corey. Rapidement une belle amitié va éclore entre eux.

La plume de Sarina Bowen est simple et efficace. Elle touche directement en plein cœur le lecteur et permet une lecture fluide. Cela donne un bon dynamisme au roman. Pas de longues descriptions imbuvables, mais cela ne nuit pas à l’histoire. On se représente assez facilement les choses. Pour tout vous dire, je crois même que je suis totalement tombée amoureuse de cette plume. Et ça me fait un bien fou.

L’histoire de Corey est une belle histoire et malgré les moments difficiles, ce roman est un vrai « feelgood ». A aucun moment Sarina Bowen ne rend le handicap comme une fatalité qui nous cloue au sol. Si dans un premier temps Corey s’en sent surtout l’esclave, ses amis vont lui montrer que la vie l’attend et lui réserve de très beaux moments. Dans ce roman on a des passages difficiles mais la douceur qui l’englobe est juste assez forte pour que l’on ne se noie pas sous la noirceur des diverses douloureux sujets soulevés.

Venons-en au petit point noir que j’ai relevé. Il est tout petit et n’a pas, mais alors pas du tout, fait baisser ma note et mon coup de cœur pour « Notre année trouble ». Bref, j’ai trouvé que la résolution des problèmes les plus importants se faisait un peu trop rapidement, trop facilement. Le héros prend sa décision et hop tout le monde est d’accord. J’aurais aimé un peu plus de difficultés, plus de défis, de rebondissements inattendus.

Corey m’a plu dès les premières lignes. Elle a en elle une force qu’elle ne soupçonne pas. Si dans un premier temps elle veut tout faire seule, pour aller à l’encontre de l’année qu’elle venait de passer avec ses parents. (Ces derniers, voulant bien faire, l’ont surprotégé. Au moindre geste de Corey, ils accouraient et l’empêchaient de respirer.) La jeune femme comprend que demander de l’aide n’est pas un signe de faiblesse. Cet apprentissage est dur, la fierté en prend un coup, mais au final… et alors ? J’adore la façon d’aimer de Corey, elle est nature et vraie, entière. J’aurais adoré être sa colloc. Corey sait soutenir et encourager les autres sans jamais jouer la « pauvre petite handicapée.

Harley est un personnage plus compliqué que Corey, mais il n’en ait pas moins attachant. Il m’a fait me poser plusieurs fois des questions sur ses choix. Mais au final, je lui pardonne tout ! Je suis faible !

Les personnages secondaires sont assez présents et font vivre avec plus d’intensité les diverses histoires. D’ailleurs je pense que je vais chercher dans ma région s’il y a le sport décrit dans le roman car il me fait trop envie ^^. J’adore les piscines. Vous comprendrez en lisant le livre ;).

 

Bref vous l’aurez compris ce roman est un ÉNORME COUP DE CŒUR ! L’auteur est rentrée directement dans mes chouchoutes et les personnages dans mon cœur. Sarina Bowen parle du handicap avec pudeur, simplicité et justesse. Une nouvelle étoile est née.

 

*

*

*

81co1v4htyl-_sx150_Sarina Bowen est une auteur de romans sentimentaux contemporains et de fiction New Adult. C’est depuis sa campagne du Vermont qu’elle écrit ses best-sellers, qui figurent au classement du USA Today.

Les histoires d’amour de ses séries Ivy Years et Brooklyn Bruisers se déroulent dans l’univers du hockey. Ces deux séries ont commencé à se faire une place dans le cœur des lecteurs en 2014, avec The Year We Fell Down (Notre année trouble). Consultez http://www.sarinabowen.com pour en savoir plus.

HIM et US sont des best-sellers LGBT sur le hockey, co-écrits avec Elle Kennedy. HIM est également finaliste du concours RITA® Award des Romance Writers of America’s.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *