Mothership – Tome 1

25 juillet 2013

Présentation de l’éditeur et informations

Elvie, 16 ans, n’avait pas prévu de tomber enceinte du sublime Cole, la coqueluche du lycée. Elle mène des études brillantes pour devenir ingénieur et n’a pas l’intention de s’embarrasser d’un bébé ! Son père, toujours prêt à gérer les crises, l’envoie sur une ancienne station spatiale transformée en maternité pour mineures. Première surprise : sa pire ennemie est là, enceinte elle aussi. Deuxième surprise : la maternité est attaquée par un commando mené par… Cole qui lui annonce que les profs sont des aliens !
Elvie est bien décidée à sauver sa peau et à retourner sur Terre dare-dare. Et il semblerait que Cole ne soit pas si crétin que ça finalement…

Auteurs:Isla Neal et Martin Leicht

Editeur: Territoires

Parution: 2 août 2013

 

CHRONIQUE EVEY

Les aliens, comme je vous l’ai déjà dis plusieurs fois, ce n’est pas du tout mon truc… Mais voila, qui dit « blog et chronique », dit « parfois il faut se forcer à lire un roman que d’instinct on n’aurait pas choisi ». C’est donc avec un réel à priori négatif que j’ai commencé ma lecture de « Mothership ». Alors, y a t-il que les idiots qui ne changent pas d’avis??? Vous le saurez dans quelques lignes.

 

Tout commence dans une maternité située dans l’espace. Les futures mamans, toutes très jeunes voir ado, y sont choyées et peuvent ainsi vivre du mieux possible leur grossesse voulu ou non. Elvie, notre héroïne, si trouve, tout comme sa plus grande rivale, une pom-pom girl tout ce qu’il y a de plus cliché. Vous allez me dire: « ok, on a donc le droit a du crêpage de chignons…voila l’intrigue… 🙁  » et bien non! Isla Neal et Martin Leicht  ne se sont pas stoppés là! Notre vaisseau maternité va être attaqué par des aliens.

L’intrigue autour des aliens est très bien construite. On se demande assez souvent qui sont vraiment les méchants et qui sont les gentils. On sent rapidement que les enjeux sont bien plus importants que ce que l’on ne nous laisse à penser dans un premier temps. Les retournements de situation sont légions et réussissent à se faire se questionner le lecteur. Que peut-on ou doit-on faire pour le groupe? Le groupe passe t-il avant l’individu? L’étique des uns est-elle universelle? Etc…

« Mothership » c’est aussi un roman plein d’humour. Et ce grâce au personnage d’Elvie. Son franc pensé et parlé sont tordants. Les choses sont bien amenées et à aucun moment on n’est dans le lourd. Le caractère bien trempé d’Elvie est un vrai plus pour le roman. Il contre balance l’intrigue et les questionnements qui en découlent, qui sont assez noir au final.

 

L’univers de « Mothership » est vraiment intéressant. Une fois le livre fermé, on en veut encore, on veut en savoir plus. Car on nous laisse sur de terribles enjeux. Isla Neal et Martin Leicht ont créé des aliens proches de l’être humain. Deux groupes d’extraterrestre veulent « conquérir » plus ou moins pacifiquement la Terre pour permettre à leur race de perdurer. L’historique des deux sortes d’aliens est vraiment prenante et ouvre la voix à un certain nombre de questionnements. A aucun moment le fait que ce soit des extraterrestres ne m’a perturbé ou embêté. Cela a même rajouté du piquant et de l’originalité. On se retrouve dans un univers ni trop fantastique, ni pas assez. Les auteurs ont su doser les choses.

 

J’ai beaucoup aimé la description loin d’être idyllique de la grossesse et de l’accouchement. On sent le vécu. Les auteurs ne cachent pas la vérité: être enceinte c’est sympa pour certains points mais aussi vraiment embêtant pour d’autres (exemple: les hormones en folies ou encore les envies de pipi récurrentes). Même si Isla Neal et Martin Leicht  décrivent avec justesse la grossesse, ils le font toujours avec humour. J’espère que même les jeunes femmes n’ayant pas encore vécu une grossesse ou les hommes réussiront à vivre avec autant que bonheur et de rires ces passages.

 

Elvie est une jeune fille mature (pas toujours) et intelligente. Mais voila, son cœur a chaviré lorsqu’elle a rencontré Cole, le beau gosse du lycée mais aussi le petit ami de son éternelle rivale. Commence alors une histoire qui aurait pu être superbe si … elle n’était pas tombée enceinte de Cole dès leur premier et seul rapport. Elvie a un humour très particulier qui ne plaira surement pas à tout les lecteurs mais je dois vous dire que moi j’adore, j’adhère! Elvie est cynique et c’est un pur bonheur. En plus d’avoir un humour en tranchant, Elvie est une jeune femme forte et courageuse.

Cole est…gentil… Beau gosse, on peut dire de lui que ce n’est pas une flèche. Toutefois, on finit par se faire à lui. On comprend comment notre petite Elvie adorée a craqué pour ce garçon finalement pas comme les autres.

Les personnages secondaires sont essentiels. Ils tiennent une belle place dans le récit et c’est avec bonheur que l’on apprend à les connaitre. Isla Neal et Martin Leicht  les font véritablement intervenir dans l’histoire et surtout nous les présentent relativement en profondeur.

 

Bref vous l’aurez compris ce roman est un véritable coup de cœur pour moi. J’ai adoré l’humour des auteurs et pris un réel plaisir à suivre les aventures d’Elvie. Maintenant je n’ai qu’une hâte, lire la suite! Mon conseil… Juste Read It!

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.