Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail
Home Actu Chronique Did I mention I love you?
formats

Did I mention I love you?

 

516FlNN9JhL._SX309_BO1,204,203,200_

 

Présentation de l’éditeur

La trilogie-phénomène aux 4 millions de hits sur Wattpad. Eden, 16 ans, va passer l été dans la nouvelle famille de son père, à Santa Monica, en Californie. Il vient de refaire sa vie, ce qui signifie qu’Eden a trois nouveaux demi-frères. Le plus âgé, Tyler, est un vrai bad-boy : séducteur, égocentrique, violent … Mais Eden décèle en lui une grande fragilité, conséquence d’un lourd passé. Fascinée, elle ne peut s empêcher de succomber au charme de la seule personne qui lui est pourtant défendue : son demi-frère.

Auteur: Estelle Maskame

Editeur: Pocket Jeunesse

Parution: 07 janvier 2016

 

 

CHRONIQUE EVEY

Lorsque Pocket Jeunesse a proposé ce roman, je dois dire que j’ai tout de suite été partante malgré des petites réticences. Le fait qu’on me le vende comme un roman « dans la lignée d’After d’Anna Todd » me dérangeais un peu. Soit j’ai vraiment beaucoup aimé le premier tome de la saga, mais certains défauts me dérangeaient vraiment, comme le caractère des personnages principaux. Bref, revenons à « Did I mention I love you ». Le résumé étant sympa, je me suis dit que j’allais jouer le jeu et mettre de côté tout mes à priori. Je voulais lire ce roman avec un regard neuf. Et c’est ce que j’ai fait.

Eden est une jeune fille de 16 ans dont les parents sont séparés depuis assez longtemps. Alors que son père fait surtout parti des abonnés absent jusque là, il la contacte pour lui proposer de passer l’été avec lui, sa nouvelle femme et les enfants de cette dernière. Eden n’est pas du tout chaude à cette idée. Toutefois, elle va accepter en s’imaginant des vacances au calme à la mer, à LA.

Dans un premier temps je dois dire qu’Eden m’a fait penser à Bella (Twilight) dans sa relation avec son père. Mais assez rapidement on se rend compte qu’Eden est très en colère contre le sien et ne fait pas vraiment d’effort. Si dans « Twilight » le personnage de Charlie est vite devenu l’un de mes chouchous, et je sais que je ne suis pas la seule ; dans « Did I mention I love you ? », le père d’Eden est moins attirant. Soit il est maladroit, mais en même temps il est désagréable. Trop faux.

Puis arrive Tyler. Je dois avouer que son entrée « fracassante » dans le roman m’a fait l’effet d’une douche froide. Un énorme « WTF ! » est sorti de ma bouche. La seule chose que Tyler a pour lui à mes yeux, c’est qu’il est végétarien.

De son côté Eden fait pleins de nouvelles rencontres grâce à la fille des voisin de son père. Rachel est pétillante et pleine de défauts sympathiques. Le reste du groupe est assez stéréotypé… Le tombeur, le gentil, la garce, l’obsessionnelle, la timide, etc. Au bout d’une centaine de pages, je me suis demandée si j’allais continuer la lecture de « Did I mention I love you ? » . Les protagonistes sont des clichés sur pattes. Estelle Maskame nous décrit une jeunesse dorée et « extravagante », ne sachant faire la fête qu’en « picolant » comme des trous ou totalement défoncés. On se retrouve avec un mélange assez équilibré entre de « Gossip Girl » et de « Skins ». Tous les personnages sont totalement superficiels et égocentriques. Sincèrement à 18 ans avoir ce type de comportement me semble totalement immature et dangereux. Attention, moi aussi j’ai fait la fête, je sais ce que c’est, mais nos préoccupations étaient autres et nos délires souvent bon enfant.

Malgré ce ressenti, j’ai continué ma lecture car Eden m’attirait beaucoup et me faisait énormément penser à moi ado. De plus Tyler est un personnage assez sombre, taciturne, qui ne laisse entrevoir aucun coin de bonheur et de respect de soi et de la vie. Leur rapprochement est vraiment intéressant. Et je peux vous assurer que tout d’un coup, j’ai eu du mal à lâcher le livre. L’histoire s’intensifie, les événements deviennent palpitants, on en oublie les défauts du roman pour se focaliser sur l’histoire entre Eden et Tyler. Car, Estelle Maskame ne nous donne pas à lire juste une histoire d’amour de plus. Celle-ci est montée sur des bases encore moins solide qu’un Jenga.

Eden est surprenante, mais elle n’est pas la seule à l’être. Les personnages secondaires se font eux aussi une belle place dans le récit. Une cohésion de groupe et de lecture se fait tout naturellement. Certains passages sont juste jouissifs ou déclencheurs de colère chez le lecteur.

Et même si les personnages restent pour la plupart fidèles à eux même tout au long du roman, certain prennent une importance vraiment intéressante et intrigante.

Au final, « Did I mention I love you ? » est un bon page-turner. Une fois les clichés et l’inconscience des protagonistes mis de côté, le roman est fort et ne donne pas envie de le refermer. Il y a une certaine profondeur à l’histoire qu’on ne soupçonne pas dans les premiers chapitres. Et l’attachement qui nait entre le lecteurs et les personnages n’y est pas pour rien. Mon dernier bémol sera pour la fin du roman que j’avais vu venir à 5 000 kilomètres… Toutefois cela ne m’a pas empêché d’aller sur le net pour trouver les résumés des tomes suivants 😉 et d’être impatiente de pouvoir lire la suite de l’histoire d’Eden et Tyler.

 

 

L’AUTEUR

da7961f2-ab29-4a94-9288-cf51e6a6bad9-1020x612Estelle Maskame, jeune écossaise de 17 ans, est une dévoreuse de livres et une fan inconditionnée de romans young adult. Elle écrit depuis toujours. Did I Mention I Love You est son premier roman.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
2 Comments  comments 

2 réponses

  1. Celui-là je l’attend depuis super longtemps et jusqu’à maintenant, je ne voyais que des avis négatifs, du coup j’avais un peu peur. Mais ton avis me rassure ! 😉

    • Je pense que les gens se sont stoppés aux clichés. Mais en même temps ces derniers sont bien représentatif d’une jeunesse dorée actuelle. On ne va pas faire des héros que pauvre juste pour faire plaisir au lecteur…
      Evey

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *