Menteuse à mi-temps

25 avril 2015

 

Présentation de l’éditeur

Alex a 17 ans et une montagne de problèmes : son père l’a abandonnée, ses notes dégringolent et elle n’a aucune idée de ce qui l’attend après le lycée. Pour laisser ses angoisses derrière elle, elle s’évade souvent à Los Angeles avec M, sa meilleure amie. Là-bas, personne ne sait qui elle est, et rien ne l’empêche de tromper son monde… Mais un mensonge en entraîne un autre et, prête à tout pour garder son secret, Alex se retrouve malgré elle empêtrée dans une toile inextricable.

Auteur: Alyson Noel

Editeur: Michel Lafon

Parution: 09 avril 2015

 

 

 

CHRONIQUE EVEY

J’ai aimé Alyson Noel depuis son premier roman sorti en France. Je trouve qu’elle met une certaine fraîcheur dans ses textes, même les plus sombres. Et bien que j’ai lu principalement ses roman « paranormaux », j’avais envie de voir ce que l’auteur pouvait nous offrir dans un roman contemporain YA. Alors, Alyson Noel m’a t-elle convaincue avec « Menteuse à mi-temps » ? Vous le saurez dans quelques lignes.

 

Alex est une jeune fille discrète, aux parents divorcés et pas spécialement riche. Sa meilleure amie M, elle ne connait pas les limites de l’argent, mais cela ne l’empêche pas d’être une élève exemplaire. Alex elle a décroché depuis maintenant quelque temps. L’école ne l’inspire plus vraiment. Les deux jeunes filles sont très complices et aiment aller se balader à LA (à plusieurs kilomètre de leur trou paumé). La ville les fascine, tout y est à leurs yeux tellement plus cool. Un soir, M et Alex rencontrent deux garçons (un peu plus vieux qu’elles) très sympathiques, ils les emmènent dans des fêtes de folie où les acteurs et les riches font partis de la fête. Rapidement M va prendre ses marques et parfaitement s’intégrer à cette nouvelle vie. Alex elle va avoir plus de mal, mais va malgré tout tomber sous le charme de Connor. L’amitié de nos héroïnes va t-il supporter ce rythme fou ? Combien de temps Connor va t’il croire aux mensonges d’Alex qui fait tout pour le garder (entre autre mentir sur son âge)… Quel chemin va choisir M ?

Beaucoup de question se posent dans le premier tiers du roman. Alyson Noel y répond petit à petit et toujours par bribes, nous laissant imaginer l’intégralité de l’information. J’avoue que ce procédé m’a plu. Et même si l’auteur nous sert des clichés monumentaux sur les ados et la vie dans les grandes villes, on prend plaisir à suivre les aventures de M et Alex. Toutefois, au bout d’un moment, lorsque Alyson Noel en rajoute une énième couche, on commence à se lasser. Trop de mensonges et de clichés à mon goût. Les mensonges sont comme une seconde nature chez nos héroïnes, surtout chez M, qui n’hésite pas à emporter au fond de la mare boueuse du mensonge sa meilleure amie.

Je vais tout de suite être claire avec le personnage de M (qui n’est pas vraiment le personnage principal), je l’ai détesté dès que je l’ai rencontré au détour d’une page. M est tout ce que je déteste, elle est fausse et hypocrite. Alors parfois, dans certains romans, ça passe et petit à petit je m’habitue au personnage. Mais là, pas moyen. D’ailleurs plus j’avançais dans le livre et plus j’avais envie de lui tordre le cou. Ce personnage est nuisible et manipulateur. Ce qui m’a déçue c’est qu’il faut un temps fou à Alex pour comprendre la véritable nature de son « amie ».

Alex est un personnage sympathique mais sans plus. Influençable et un peu molle, elle se débat dans le marasme de sa vie, sa descente en enfer. Alex est trop passive à mon goût. Ses réactions sont molles. On a envie de la secouer un bon coup. Heureusement, la fin rattrape en partie le reste du roman, pour ce qui est de ce personnage.

 

Je dois dire que j’ai plutôt été déçue par ce roman. Je le trouve trop facile, trop conventionnel, trop attendu. Alyson Noel ne se met pas en danger et nous livre un roman bourré de clichés. Alors soit on a une gentille réflexion sur la vie, l’amitié, le mensonge, la drogue, les ados, … Mais le problème c’est que sur ce type de sujet on attend quelque chose de plus percutant. Ce roman sera à la limite presque parfait pour un roman jeunesse, mais il faudrait retirer quelques scènes, qui pourtant en YA sont gentillettes.

Please follow and like us:

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.