Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail
Home Actu Chronique Maman a tort – chez SND
formats

Maman a tort – chez SND

 

 

Présentation du distributeur

Anouk, élève de collège, passe son stage de troisième dans la société d’assurance de sa mère Cyrielle Lequellec. Remisée à des tâches subalternes par des employées indélicates, elle ne tarde pas à s’ennuyer. Un jour, elle assiste à une plainte d’une assurée, Nadia Choukri, qui ne comprend pas pourquoi elle ne reçoit pas l’assurance vie de son mari après son décès. Anouk constate que sa mère Cyrielle étudie le dossier de Nadia avec peu d’attention et de complaisance. Choquée par l’injustice faite à cette femme, elle va mener sa petite enquête pour essayer de lui venir en aide, car elle la sent menacée de se retrouver SDF avec ses deux enfants. Elle accède subrepticement au dossier et fait des découvertes sur les pratiques de la société d’assurance et de sa mère.

Réalisateur: Marc Fitoussi

Anouk: Jeanne Jestin

Cyrielle Lequellec, la mère d’Anouk: Émilie Dequenne

 

 

Quand on est ado, on a envie de grandir plus vite et de devenir un adulte. Quand on est adulte, on regrette la magie de l’enfance. Quand on est parent, on a envie que nos enfants connaissent les réalités du monde tout en gardant une grande part de magie. Et puis la vie s’en mêle et les choses ne se passent pas comme on l’aimerait. « Maman a tort » est un film qui montre comment grandir un peu plus vite que les autres. En tant que future assistante sociale, ce film m’a tout particulièrement touchée. Dans ma formation, on nous apprend à aider les autres en les suivants et les poussant à faire les choses. Mais dans certaines situations, personne ne peut rien faire. On ne peut qu’hurler contre le système.

 

Anouk est en 3ème, et comme tous ses petits camarades elle doit faire un stage d’observation (oui, oui ce stage où ¾ du temps on s’ennuie comme un rat mort). Initialement la jeune fille devait faire son stage à la TV grâce à son père. Malheureusement ce dernier lui annonce au dernier moment que son contact ne peut pas la prendre. C’est donc la mère d’Anouk (ses parents sont séparés) qui doit prendre le relais et trouver pour le lendemain un stage à sa fille. La jeune fille ira au final dans l’entreprise où travaille sa mère pour faire son stage : une société d’assurance.

« Maman a tort » mélange plusieurs thèmes. Tout d’abord, celui des parents divorcés et du manque d’investissement du père dans cette dynamique (attention tous les papas divorcés ne sont pas comme ça). On sent que le père d’Anouk veut bien faire, mais il est terriblement maladroit et ne sait pas comment s’y prendre avec une adolescente. Il ne veut pas la décevoir mais fait tout à l’envers.

Alors la mère d’Anouk se retrouve à tenir toutes les places de la famille… Mère et père. On sent sa fatigue et pourtant elle reste souriante et disponible pour sa fille. Malgré les soucis qu’elle a au travail (ce que l’on découvre au fil du temps), elle sourit encore et toujours. Pourtant… cette maman a des failles. Et c’est ce que va découvrir Anouk.

Le second thème du film et à mes yeux le plus important est celui de la découverte brutale du monde des adultes. Être adulte cela peut paraitre fun en dehors des factures et des responsabilités de base. Toutefois, être adulte veut aussi vouloir dire prendre des décisions difficiles qui vont contre notre éthique. Si dans un premier temps Anouk s’ennuie ferme dans la société de sa mère et fait quelques blagues, rapidement elle va se rendre compte de la futilité des « grands », mais surtout de leur malhonnêteté. Dans le hall de la société, la mère d’Anouk rencontre une cliente dont le mari est mort et que l’assurance ne veut pas indemniser. La jeune fille va être très touchée par cette femme et ses enfants. Alors quand sa mère dit qu’elle va prendre les choses en mains, elle est très fière. Malheureusement la suite va être moins rose. Telle une Sherlock Holmes, Anouk va mener son investigation et découvrir que le monde des adultes est loin d’être bienveillant.

Anouk grandit d’un coup et on est un peu triste pour elle car elle a le temps de grandir. Elle va voir l’autre côté de la médaille. Elle va être déçue par la personne qu’elle aime le plus.

Quand j’ai terminé de regarder le film, je me suis dit : « et ma fille, que pensera-t-elle de moi quand elle saura que parfois je dois refuser de donner des aides à certaines personnes pour des raisons plus ou moins justes ? » « Comment l’amener dans le monde des adultes sans lui faire un choc et lui faire croire que tous ses rêves sont impossibles ? », « Comment lui dire que la vie n’est pas juste mais que nous n’y pouvons rien… Qu’il faut juste vivre ? »

« Maman a tort » est un très bon film qui permet aux adultes d’être face à eux même et au monde qu’ils créent. Le réalisateur n’impose pas les choses, il laisse au spectateur le choix de jusqu’où il souhaite ouvrir les yeux. On n’est pas dans le frontal et la réalisation est dans le juste milieu.

La performance des actrices servent totalement le discours de « Maman a tort ». Elles sont justes et ne vont pas dans la moralisation. C’est au spectateur de faire ses choix de lecture. C’est à lui de prendre ses responsabilités.

 

 

Que vous soyez adulte ou ado ne passez pas à côté de ce film émouvant et réaliste. Alors oui, vous n’en ressortirez pas avec la banane… Mais peut être avec un peu plus de hargne et d’humanité. Et ça, ça n’a jamais fait de mal à personne…

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *