Ma raison de vivre

by on 20 mars 2015

download (1)

 

 

Présentation de l’éditeur

Lycéenne parfaite, athlète accomplie aux notes maximales, Emma n’a pourtant qu’une amie, Sara, et ne sort jamais. Personne ne la connaît vraiment. C’est ce mystère qui attire immédiatement Evan, tout juste arrivé de San Francisco. En quelques jours, il va bouleverser le quotidien bien huilé de la jeune fille, et devenir sa raison de vivre. Mais il ignore qu’en tentant coûte que coûte d’entrer dans sa vie, il la menace directement. En effet, Emma vit chez son oncle et sa tante qui la maltraitent quotidiennement, parfois jusqu’au sang. Et si elle fait profil bas, c’est avant tout pour que personne ne remarque ses nombreux bleus…

Auteur: Rebecca Donovan

Editeur: Pocket Jeunesse

Parution: 5 mars 2015

 

 

CHRONIQUE EVEY

 

J’avais énormément entendu parler de ce roman, et quasiment que de façon positive. J’ai donc sauté sur l’occasion de le découvrir lors de sa parution en version française. Tout le monde m’avait dit prépares les mouchoirs, alors m’ont-ils été utiles, vous le saurez dans quelques lignes !

 

L’histoire d’Emma est une histoire malheureusement presque banale. La jeune fille a perdu son père et sa mère est incapable de l’élever. C’est pourquoi elle se retrouve placée chez son oncle et sa tante. Tout pourrait bien se passer si la tante d’Emma n’avait pas décidé de faire de sa vie un enfer. Violence psychologique et physique sont le thème principal de ce roman coup de point. Emma, comme la plupart des enfants battus, ne dit rien à ses amis. Elle cache ses blessures, trouve des excuses aux bleus et surtout ne se voit pas dénoncer sa tante pour le bien des enfants de cette dernière. La première partie du roman est vraiment lourde et douloureuse. On a mal avec Emma, on aimerait de tout notre cœur qu’elle parle au moins à sa meilleure amie Sara. Le lecteur est le spectateur malheureux de ses coups, de ses bleus. C’est une place assez difficile que nous donne Rebecca Donovan car on ne peut qu’assister à l’horreur. J’ai vraiment aimé me retrouver à cette place même si cela est difficile. On rentre plus facilement dans le livre et surtout on s’accroche avec passion aux personnages. Aidé par la superbe et juste plume de l’auteur, nous avançons dans l’histoire et découvrons des passages plus ou moins agréables à lire. Chaque moment de joie pour Emma devient une bouffé d’air frais pur pour le lecteur.

Emma est une jeune fille très attachante, elle est travailleuse et sérieuse (même un peu trop). Elle garde son secret précieusement au fond d’elle et garde le sourire malgré l’enfer que lui fait vivre sa tante. Parfois, tout comme ses amis, on a envie de la pousser dans ses retranchements pour qu’elle parle, se libère, parte, … Mais ce n’est pas si facile. Alors on reste à côté d’elle en espérant que les choses changent. Une véritable empathie s’est faite avec ce personnage dès les premiers chapitres. On ne peut pas rester indifférent à la vie d’Emma. Votre cœur se serrera plus d’une fois durant votre lecture. Heureusement certains passages donnent des papillons dans le ventre.

Sara est une jeune fille pleine de vie et pétillante. Elle soutient comme elle peut Emma. Elle a deviné ce que vit son amie, mais malgré les perches qu’elle tend à cette dernière elle ne réussie pas à lui sortir la tête de l’eau. Sara est un personnage essentiel. Elle est, tout comme le lecteur, un spectateur impuissant.

Evan est un garçon charmant et amusant. Il est la bulle d’oxygène dont Emma et le lecteur ont besoin. Evan est drôle mais sait très bien être sérieux. Il est prêt à tout pour aider Emma, mais peut-on sauver quelqu’un qui ne le veut pas ? Tout comme Sara, Evan est essentiel à l’histoire. Il ne se laisse pas faire et soutient Emma comme il le peut. C’est une belle leçon d’amitié que nous offre Rebecca Donovan.

 

On s’attache vite à ce trio. On se laisse emporter par l’histoire, les mots, les personnages. Je vous assure que l’on vit « Ma raison de vivre ». On ne peut pas faire autrement. Rebecca Donovan aborde ici un sujet sensible et toujours tabou, et ce tout en finesse et justesse. On n’est pas dans le voyeurisme gratuit, mais dans l’humain. Surtout ne passer pas à côté de ce roman, car même si parfois le rythme est un peu lent, il vous transpercera le cœur.

Please follow and like us:

2 Responses to “Ma raison de vivre”

  • Rhaaa il est dans ma PAL, va vraiment falloir que je le sorte. Mais y a beaucoup de pages et j’ai envie de m’y consacré pleinement quand je me lancerais. Bientôt, mais bon en attendant la suite ça fait pas de mal de repousser un peu ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *