How to love

19 août 2014

 

Présentation de l’éditeur

Reena Montero aime Sawyer LeGrande depuis l’enfance. Un jour, l’impossible se produit : il tombe amoureux d’elle… La jeune fille se met à croire aux contes de fées. Mais le jeune homme s’en va sans un mot, laissant derrière lui sa petite amie enceinte…. Dévastée, Reena va découvrir avec leur fille, Hannah, que l’amour peut prendre bien des formes. Elle reconstruit sa vie, sans vraiment l’oublier. Mais un jour, Sawyer revient…

Auteur: Katie Cotugno

Editeur: Pocket Jeunesse

Parution: 04 septembre 2014

 

CHRONIQUE EVEY

Il y a des livres qui se retrouve chez vous un certain temps avant que vous les lisiez. Un peu comme si le bon moment n’était pas encore venu. Puis un jour, le destin vous pousse vers cette lecture. Alors vous prenez le livre et en le refermant sur la dernière page, vous vous dites, « c’était le bon moment! » Ce livre vous êtes rentrée dedans à 100%! Ce livre vous a vidé, laissé sur les rotules! Quel bonheur! Pour moi, ce livre est « How to love ».

 

L’histoire de « How to love » est une histoire simple et presque banale d’une ado tombant enceinte, dont le petit ami a disparu dans la nature. Serena ou Reena pour les intimes est une ado comme les autres. Elle ne se fait pas particulièrement remarquer et encore moins par les garçons. Elle est amoureuse de Sawyer depuis longtemps, mais ce dernier ne semble pas l’avoir remarqué. Et le coup de grâce arrive rapidement… Sawyer va sortir avec la meilleure amie de Reena, qui est pourtant au courant des sentiments de cette dernière. Trahison… Destin… Coup du sort… Une histoire pas si simple finalement.

La narration pré / post accouchement est au début un peu perturbante car on n’a pas toutes les cartes en main pour comprendre les réactions des personnages. Puis les choses se mettent en place petit à petit, les rouages se mettent en route et nous plonge dans un avant/après au constat difficile. J’ai vraiment aimé ce système de narration peu commun. A chaque fin de chapitre j’avais presque envie de sauter le suivant pour lire la suite. Le rythme est prenant et entraîne le lecteur dans une valse dans le temps.

Reena est une jeune fille trop vite sortie de l’enfance. Et oui… Une grossesse ça vous pousse vers l’âge adulte. Elle gère plus ou moins bien sa vie de mère célibataire et a mis tous ses rêves de voyage de côté. On découvre dans les premiers chapitres une jeune femme terne et usée. Et puis, dans le pré et le post bébé, on découvre son point faible: Sawyer. Elle lui voue un amour inconditionnel et sans limite. Allant jusqu’à ne plus se reconnaître, Serena s’abandonne. Elle qui semble plus ou moins mature perd quasiment tout ses moyens devant Sawyer. Si vous avez déjà vécu un amour passionnel, un de ces amours où l’on peut se perdre, vous comprendrez Reena. Cette histoire d’amour est, comme toutes les passions, d’une certaine manière malsaine et pourtant tellement belle. Envoûtante.

Je me suis facilement identifiée à Reena, j’ai compris ses choix même si je ne les approuvais pas. « How to love » est arrivé au moment où « le bad boy » de ma vie y revenait. Alors je peux vous dire que ce roman a fait écho en moi. Et je ne serais surement pas là seule.

Sawyer est un bad boy, ça personne ne peut le contester. Pourtant en grattant un peu et en découvrant son histoire, on comprend comment le jeune homme est tombé dans les extrêmes. Si d’habitude, on aime le vilain garçon, ici pour une fois, je peux vous dire qu’on le déteste. Si on comprend les causes, on ne peut pardonner. J’ai haïs Sawyer, et même si je crois à la seconde chance, je n’avais pas envie de lui en donner une. Mais voila… une passion, on l’a toujours quelque part au fond de nous…

 

C’est dans un constat réaliste, juste et sans concession de la jeunesse actuelle que Katie Cotugno nous offre un drame du quotidien. Bien que certains ne comprendront surement pas la passion qui pousse Serena vers Sawyer, l’auteur a su mettre des mots sur des sentiments tellement forts que parfois les mots manquent même aux meilleurs auteurs. « How to love » c’est douloureux, prenant, addictif, mais surtout c’est de la passion. J’en veux encore.

Please follow and like us:

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.