Léger comme une plume, raide comme la mort de Zoe Aarsen chez Hachette

by on 7 novembre 2017

Présentation de l’éditeur

L’heure de gloire de McKenna est arrivée. Elle a intégré le groupe d’Olivia, la reine du lycée, et est invitée au bal de fin d’année par le frère de celle-ci. McKenna ne pouvait rêver mieux. Enfin… jusqu’à la fête d’anniversaire d’Olivia. Ce soir-là, une nouvelle, Violet, propose de jouer à « Léger comme une plume, raide comme la mort ». Durant la partie, elle imagine les morts de la belle Olivia, de la provocante Candice et de l’athlétique Mischa. Ces propos morbides mettent McKenna mal à l’aise mais, après tout, ce n’est qu’un jeu, n’est-ce pas ? Une semaine plus tard, le jeu n’a plus rien d’amusant : Olivia meurt dans un accident de voiture, exactement comme l’avait prédit Violet. Avec l’aide de son voisin Trey, McKenna cherche à découvrir quelle sorte de malédiction Violet semble avoir déclenchée. Plus la popularité de Violet grimpe, plus McKenna et Trey sentent que le temps presse. Le nouvel « accident » est pour bientôt.

Auteur: Zoe Aarsen

Editeur: Hachette

Parution: 13 septembre 2017

J’avais beaucoup entendu parler de ce roman dans la blogosphère. Je me suis donc penchée sur le sujet. Surtout que la base de l’intrigue est un jeu qui me fascine depuis que j’ai vu « Dangereuse alliance » : Léger comme une plume, raide comme la mort (comme un bâton dans le film). Je me suis donc dit que ce roman était pour moi ! Mais je dois avouer que je ne m’attendais pas du tout à ce qui allait m’arriver. Je vous dis pourquoi.

 

McKenna est une ex fille « commune », loin du groupe des « populaires ». Alors après un été fou où elle change du tout au tout, la jeune fille intègre le groupe de la reine du lycée : Olivia. McKenna se croit dans un rêve quant à quelques semaines du bal de fin d’année, le frère d’Olivia (très très très très populaire et à l’université) l’invite à l’évènement du lycée. Mais sa vie prend un tournant insupportable après une soirée pyjama chez Olivia où le groupe de copines joue à « Léger comme une plume, raide comme la mort ». Violet, la narratrice du jeu, aurait-elle réellement des visions funestes ? La mort d’Olivia en est-elle une preuve ? Hasard ?

Le livre commence avec la découverte de McKenna et de son nouveau groupe d’amies sur un ton assez enjoué et très gossip. J’ai beaucoup aimé. Surtout que McKenna n’est pas vraiment à l’aise dans son rôle de fille en vue. Puis vient la nuit du jeu… Ce chapitre est vraiment excellent, rythmé et mystique. On sent la tension monter, on frissonne sur les détails que donnent Violet. On est totalement happé par ce jeu malsain, tout comme les filles… Puis le soufflé retombe, il y a des longueurs et des parties inégales. Toutefois, l’auteur réussi à nous captiver à nouveau sur certains passages … Malheureusement pas tous… Je dois toutefois souligner que les derniers chapitres sont vraiment exceptionnels et ne donne qu’une envie… Être en février 2018 pour lire la suite et savoir enfin ce qui se passe après !

L’intrigue est à la base assez simple, un jeu, des prédictions, des morts, une course contre la montre. Mais Zoe Aarsen réussi à en faire une histoire prenante et palpitante. Les moments mous plombent un peu le rythme mais ne retirent en rien l’intérêt que l’on porte à l’intrigue. Les rebondissements sont prévisibles et pourtant on a encore et toujours envie d’en savoir plus.

McKenna est une jeune fille peu sure d’elle et malgré sa transformation elle n’arrive pas à se voir comme une fille « populaire ». Elle souhaite juste que ses dernières années de lycée soient mémorables. McKenna est vraiment très touchante dans sa recherche de bonheur. Elle apprend à être une autre et en même temps découvre qui elle est au fond d’elle. McKenna est intelligente et perspicace. Elle est fidèle et forte malgré la gravité des évènements. C’est un personnage avec une sensibilité à fleur de peau, cela qui lui donne beaucoup du relief.

Les personnages secondaires sont importants et tiennent tous une place précise dans le récit. Zoe Aasen les utilise à la perfection. Ils servent le roman et l’intrigue. J’ai trouvé qu’elle a fait un superbe travail sur ce point.

 

Malgré un univers superficiel puisque Zoe Aasen décrit un lycée américain classique avec sa reine et ses sportifs en vogue, l’intrigue noire et mystique contre balance ce point qui pourrait être gênant. Oui, j’en ai parfois marre des filles trop « filles j’aime les fringues et ohhh ce rouge à lèvre est trop top ! ». Trop de superficiel, tue le superficiel. On se prend au jeu et au final certains chapitres sont vraiment addictifs. Le récit bien qu’inégal dans son intensité ne perd pas le lecteur. La fin en climax est pour moi le gros atout de « Léger comme une plume, raide comme la mort ». Un roman atypique, avec des points noirs certes, mais qui donne des frissons et des doutes sur un simple jeu d’adolescentes. Qui veut jouer avec moi maintenant ?

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *