Les Fragmentés

 

Présentation de l’éditeur et informations

Charte de la VieLa Deuxième Guerre civile, également connue sous le nom de Guerre Cardinale, fut un combat long et sanglant livré au nom d’une seule cause.Pour mettre fin au conflit, un ensemble de lois intitulé Charte de la Vie fut voté. Celle-ci contenta les deux armées en présence : pro-vie et pro-choix.
La Charte de la Vie stipule qu’il est interdit d’attenter à la vie d’un enfant, depuis le moment de sa conception jusqu’au jour de son treizième anniversaire.
Néanmoins, tout parent peut décider d’interrompre la vie de son enfant entre l’âge de treize et dix-huit ans……
à condition de ne pas y mettre techniquement fin.
On appelle « fragmentation » le processus qui permet « d’avorter » d’un enfant rétroactivement tout en le gardant en vie.
Aujourd’hui, la fragmentation est une pratique courante et totalement acceptée.
Connor, Risa et Lev se retrouvent pour diverses raisons sur la liste des fragmentés. Dans un sursaut de révolte, les trois adolescents décident de fuir. Traqués par les Frag’, la police des fragmentés, il ne leur reste qu’à errer en quête d’un lieu où se cacher.
Errer, et fuir encore, En sursis pour cinq ans.Thriller d’anticipation original et bien ficelé, Les fragmentés propose aussi une véritable réflexion sur la vie, l’individualité et le destin.

Auteur: Neal Shusterman

Editeur: MsK

Parution: 11 septembre 2013

CHRONIQUE EVEY

 

Il y a parfois des romans dont on a un souvenir fort. Ces livres qui nous marquent, on aimerait les lire et les relire tous les ans. On aimerait, quelques années après, vérifier si notre ressenti est toujours le même.

Il y a 6 ans, les éditions du MsK ont eu la bonne idée de publier « Les fragmentés ». Ce roman m’a mis la tête à l’envers. C’est donc avec un réel plaisir et une certaine crainte que je me suis à nouveau plongée dans la réédition de ce roman. Bonne ou mauvaise surprise au final??? Vous le saurez dans quelques lignes.

 

Neal Shusterman nous emmène dans un monde où les ados n’ont plus le droit à l’erreur. Voir même à la vie. Les parents peuvent sans aucune restreinte emmener leurs enfants se faire décimer dès l’âge de 13 ans et jusqu’à leur 18 ans. Suivant les points de vue, la fragmentation n’est pas vraiment une mort puisque tous les morceaux de la personne disséminée seront utilisés pour sauver d’autres personnes. Les parents ne tuent donc pas leurs enfants, mais aident les autres humains a être en bonne santé.

L’auteur nous fait suivre dans ce premier tome les aventures qui s’entrecroisent de Risa, Connor et Lev. 3 personnages, 3 motifs de discrimination différents. Risa est orpheline, elle vit dans une maison pupille. Mais voila, les maisons pupilles sont pleines d’enfants. Pour en réduire le nombre et recréer des places libres, l’état a décidé de décimer des enfants pupilles.

Connor est un jeune garçon turbulent et bagarreur. Ces parents ne savent plus quoi faire de lui… La solution qui leur saute aux yeux??? Le fragmenter.

Lev est un jeune garçon de 13 ans. Toute sa vie tourne autour de la fragmentation. Il est né pour être fragmenté. Il est le don de ses parents à la communauté et à Dieu. Pour Lev, sa fragmentation est naturelle.

Trois caractères, trois enfants qui vont voir leurs vies s’entrechoquer plusieurs fois. Le destin a décidé de les réunir et ce n’est pas un hasard.

 

Ce roman soulève un certain nombre de sujets philosophiques. L’auteur nous guide à travers une réflexion sur l’âme, mais aussi sur la responsabilité d’être parent, sur l’importance des choix, sur le lien entre le corps et l’âme, … « Les fragmentés » est une petite leçon de philosophie qui ne s’impose pas au lecteur. Elle le titille et le laisse venir à elle, si il en a envie. Laissez vous tenter et vous verrez que ce roman « jeunes adultes » est fort et profond.

Attention, « Les fragmentés » ce n’est pas seulement de la réflexion :). C’est aussi de l’action! Et qu’elle action! Neal Shusterman alterne avec aisance les moments forts en émotion, les moments de réflexion et l’action. A aucun moment on ne s’ennui. Le passage d’un type de chapitre à un autre permet au lecteur de souffler, sans jamais se déconnecter du texte.

L’alternance des points de vue renforce le rythme saccadé du roman et nous happe. Lorsque l’on finit un chapitre, on n’a qu’une envie… lire rapidement les suivants pour retrouver le personnage que l’on vient d’abandonner. Ce livre est addictif je vous dis!

Connor est un jeune garçon fougueux. J’ai vraiment  aimé suivre son parcours. Il est passionné et a besoin de justice. Loin d’être un prince charmant, on tombe tout de même sous le charme du jeune homme :).

Risa est une fille réfléchie et douce. Intelligente, elle est loin d’être fonceuse. Tout comme Connor l’injustice la révulse.

Lev est très jeune, c’est le plus jeune du groupe. C’est lui qui se retrouve confronté au plus grand nombre de questionnement. Lev est un garçon intelligent, qui va voir son destin basculer. Je crois que c’est pour moi le personnage le plus touchant.

Neal Shusterman a décidé de faire aussi intervenir d’autres personnages en tant que point de narration. Cela permet de donner au lecteur une très large vue d’ensemble et surtout de dévoiler un peu plus ses personnages principaux.

 

 

J’ai l’impression que j’oubli de vous dire beaucoup de choses… Ce roman est tellement riche qu’il est dur de faire le point et de vous embarquer dans son univers. « Les fragmentés » c’est de l’action, de la réflexion et surtout beaucoup d’humanité. Bref, je suis toujours sous le charme! Malgré les 6 ans passés ;).

 

Note: Une aventure inédite se trouve à la fin du roman. On sait enfin ce que Lev a fait durant un certain passage :).

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.