L’Elite – tome 1: Résilience

5 février 2015

download

 

 

Présentation de l’éditeur     (j’ai retiré quelques morceaux qui me semblaient spoiler l’histoire)

La Terre ne ressemble plus à la planète sur laquelle nous vivons. Les Sept Guerres en ont détruit la quasi-totalité et les hommes essaient de la reconstruire. C’est dans cet environnement que vie Cia et sa famille. A 16 ans, la majorité des adolescents doit trouver un travail. Les autres, l’Elite, sont choisis pour le Testing. L’épreuve suprême. Un test ultime qui promet l’entrée à l’université pour les gagnants. Cia a été choisie. Et elle va rapidement comprendre qu’elle ne peut faire confiance à personne.

Auteur: Joelle Charbonneau

Editeur: Milan / Macadam

Parution: 14/05/2014

 

 

 

CHRONIQUE EVEY

Cela faisait un bout de temps que ce roman me faisait de l’oeil. Mais le temps passe, je ne l’achète pas tout de suite,… Puis une fois que je l’ai acheté je ne trouve pas le temps de le lire… Bref #viedelectrice … J’ai donc profité de la sortie du second tome pour me motiver et me lancer dans l’aventure « L’Elite: Résilience ». Evitant ainsi, si j’aime le roman de prendre tout de suite trop de retard sur la saga (pas comme d’habitude). Bref, ce roman m’a t-il donné envie de lire le second tome? Vous le saurez dans quelques lignes.

J’ai envie de vous parler tout d’abord de l’univers de « L’Elite », car je dois dire qu’il m’a bluffé. Il est très complet et assez simple à imaginer. L’auteur le décrit assez pour que nous puissions nous faire une image proche de la « réalité » qu’elle a imaginé. Ce qui est étonnant avec le monde de « L’Elite », c’est que d’un premier abord il est plaisant et semble serein. Nous découvrons ce dernier à travers une famille tendre, aimante et écologiquement engagée. Et même si on croise déjà quelques coins arides, le charme qui se dégage de la zone des 5 Lacs ne faiblit pas. Puis arrive le moment du test et le départ pour la capitale, et là, on est projeté dans un univers sombre, industriel et froid. Le contraste est saisissant. Et même si Joelle Charbonneau nous réchauffe un peu le cœur tout au long de l’aventure avec des beaux moments d’amitiés, la peur est sous-jacente.

En plus d’être un univers bi-polaire, le monde de « L’Elite » est le reflet de ce que pourrait être notre Terre dans quelques dizaines d’années (merci les pollueurs de grandes ampleurs… Total si tu lis mes chroniques ^^). Seules les technologies en rapport avec la survie (et j’utilise survie car c’est le mot qui convient le mieux) et essayant de ramener la nature sont véritablement développées. On est face à un futur tellement réaliste et possible que j’avoue que régulièrement j’avais la boule au ventre. Les paysages de désolation sont légions, on ne peut rester insensible à ça, surtout quand on se dit que nos enfants pourraient vivre dans ce monde. Joelle Charbonneau a un regard grave et lucide sur la situation. Peut-être un peu alarmiste par moment, mais je n’en suis pas si sure que cela. L’écologie et la survie de la race humaine sont au cœur de ce roman quand bien même ils n’apparaissent qu’en filigrane.

L’histoire principale de « L’Elite » est le Test et le changement de vie de Cia. Cia est une jeune fille de 16 ans plutôt bien dans sa peau et équilibrée. Sur Terre, à 16 ans, on devient adulte et l’on doit travailler, sauf si on est choisi pour aller à l’université. Mais attention, on n’accède pas à l’université comme ça. Un Test très difficile prouvant les savoirs et la valeur des candidats est la seule solution pour y rentrer. Rapidement Cia va comprendre quelques mécanismes du Test. Toutefois, elle n’est pas au bout de ses surprises.

Bien que la première partie du Test soit théorique, elle ne manque pas de piquant et je peux vous dire que vous allez frissonner d’angoisse sur plusieurs passages. Cette première partie met parfaitement le lecteur dans le bain, l’angoisse monte petit à petit et nous propulse dans la seconde partie où là, elle monte d’un cran. On n’est plus seulement sur des manipulations psychologiques, l’environnement devient notre pire ennemie. La tension monte, monte, monte, pour nous laisser vidé dans les dernières pages. Là où toutes les tensions sont retombées, mais pas les interrogations.

Cia est une jeune fille fluette, mais surtout intelligente. Elle vit paisiblement dans sa ville, entourée d’une famille aimante. Ses frères la protège et la taquine, bref ce sont des frères. Cia espère de tout son cœur pouvoir aller à l’université comme son père. Et si dans un premier temps, tout espoir semble perdu, elle va finalement accéder à son rêve. Mais voila, le Test ne va pas du tout correspondre à ce qu’elle s’imaginait. Toutefois, elle ne va pas baisser les bras et va prouver au lecteur et aux examinateurs ce dont elle est capable. J’ai adoré dès les premières pages Cia. Rapidement un belle empathie s’est créée entre nous car elle possède les qualités que j’aime chez les filles. Elle n’est pas « princesse », la boue ne lui fait pas peur, elle est courageuse et persévérante, intelligente et intuitive, débrouillarde et respectueuse. J’ai plus qu’aimé sa loyauté infaillible envers ses amis (même si cela ne l’a pas toujours réussi). Sa découverte de l’amour m’a mis des petits papillons dans le ventre.

Les derniers chapitres ne donnent pas la réponse à toutes les questions que l’on peut se poser. Loin de là… Les mots « A suivre » après le dernier chapitre nous nargue, on veut des réponses! La frustration est grande, et pour nous lecteur, et pour Cia (je crois que c’est cela le pire, c’est qu’on est dans le même état que Cia, presque totalement perdu). Si vous aimez la dystrophie, surtout ne passez pas à côté de ce livre. Bien plus qu’une histoire de compétition, « L’Elite » aborde des thèmes qui me tiennent à cœur: l’écologie, l’amitié, la loyauté, l’amour, la famille, … Sans jamais tomber dans le gentillet ou le moralisateur. J’ai hâte de découvrir le second tome et de voir à quelles questions j’aurais des réponses…

Please follow and like us:

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.