Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail
Home Actu Chronique Le Petit Prince – Le film
formats

Le Petit Prince – Le film

384941.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

 

C’est l’histoire d’une histoire.
C’est l’histoire d’une petite fille, intrépide et curieuse, qui vit dans un monde d’adultes.
C’est l’histoire d’un aviateur, excentrique et facétieux, qui n’a jamais vraiment grandi.
C’est l’histoire du Petit Prince qui va les réunir dans une aventure extraordinaire.

Date de sortie: 29 juillet 2015

Durée: 1h46

Réalisateur: Mark Osborne

Genre: Animation

Nationalité: France

 

 

 

* CHRONIQUE EVEY *

 

 

Voila quelque temps que je ne vous ai pas fait une chronique de film. Tout d’abord parce que je n’avais plus vraiment le temps, et ensuite car malheureusement je pouvais moins aller au cinéma (prix, horaires, …) Bref.

J’avais envie de faire ce retour avec la chronique d’un film qui m’a vraiment émue et touchée. Un film qui s’est gravé en moi. Ce film, je l’ai enfin trouvé. C’est « Le Petit Prince ».

 

Attention, il ne faut pas que vous vous attendiez à une mise en image du roman, même si cela est en partie vrai. « Le Petit Prince » est un savant mélange parfaitement dosé entre l’histoire d’une petite fille qui rencontre un véritable ami et des extraits du roman.

Tout commence par l’histoire d’une petite fille déjà totalement propulsée dans le monde des adultes. Sa mère, pour la faire entrer dans une très bonne école, organise sa vie minute par minute. Les jeux ne sont pas à l’ordre du jour et encore moins les amis.

Alors que notre petite héroïne déménage près d’une maison intrigante, son premier contact avec son vieux voisin est assez original. Toutefois, cela fait partir leur relation du mauvais pied. Un soir, alors que la petite fille fait tardivement ses devoirs de vacances, le vieux monsieur lui envoi un avion en papier sur lequel est raconté et dessiné le début de l’histoire d’un petit garçon et d’un aviateur. Si dans un premier temps, cela n’intéresse pas la petit fille, rapidement elle va se retrouver emportée dans l’univers de son voisin. De là, une belle amitié et une superbe histoire va naître.

Le dessin animé est divisé en deux parties qui s’entremêlent. Pour bien différencier ces deux parties, Pixar a décidé de leurs donner des graphismes totalement différents. L’histoire de la petite fille est dans un format classique d’animé Pixar (grands yeux, « proche » de la réalité, …) et celle du Petit Prince est dans un style papiers collés et pliés. Je dois avouer que j’ai adoré ce style très singulier mais tellement fort. Il convient parfaitement à la dramaturgie de l’histoire et en même temps à sa douceur.

Les deux histoires se font échos. On retrouve dans l’histoire de la petite fille, certains questionnements du Petit Prince. Par exemple ; les adultes, la mort, l’amitié, l’amour, … Ces thèmes sont traités sous un autre angle, ce qui permet au spectateur de lui-même se lancer sur plusieurs pistes de réflexion. Et le deux mondes vont d’ailleurs finir par se télescoper.

Les scénaristes ont intégré dans le film, des extraits du roman. Il n’y en a pas trop, j’avoue même qu’un peu plus ne m’aurait pas gênée. Ces extraits sont lus et en même temps mis en images. Ils génèrent des pauses dans la trame principale. Pauses souvent émouvantes. Cela renforce le quotient émotionnel de l’histoire de la petite fille.

Je dois dire que ce film m’a totalement bouleversée. Que ce soit l’histoire de la petite fille ou celle du Petit Prince, que je connais par cœur, j’ai eu régulièrement pendant le film les larmes aux yeux. Je me sens tellement proche de cet univers et des mots de Saint-Exupéry. Les voir mis ainsi en image a été pour moi un moment bouleversant. L’histoire de la petite fille est aussi très jolie et prenante. On s’identifie à elle, ou on imagine notre enfant dans les mêmes conditions. On ne peut que vivre à 200% cette double aventure.

 

Etant fan du « Petit Prince » depuis de nombreuses années, ce film m’a un moment inquiété. Allait-il rendre un hommage à la hauteur de l’œuvre originale ? Les premières bandes annonces ne m’ont pas spécialement rassurées, mais au bout d’un quart d’heure dans mon siège de cinéma, je savais que j’allais vivre un voyage que j’attendais depuis longtemps. Et bien que le film soit parfois moralisateur, il reste un moment d’émerveillement pour le public.

Plusieurs lectures de ce film sont possibles. Ainsi ma fille de 7 ans a surtout retenu les personnages amusants, ne voyant pas toujours le drame derrière les rires. Elle s’est attachée au renard et au vieux voisin. Et sais maintenant avec quoi on voit les choses essentielles.

Un adulte va comprendre le cynisme de ces histoires, mais aussi lui planté un couteau dans le cœur. On est devenu adulte…

 


AFFICHE_BLEUE-13

Ps : j’ai d’ailleurs craqué, j’ai acheté le renard en peluche pour ma fille. Il est trop mignon. Elle ne sait pas encore qu’il attend son retour de vacances. C’est l’un de ses personnages préférés du film.

 

 

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *