Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail
Home Actu Ciné/Série Le Monde Magique POTTERMORE – Chapitre 01
formats

Le Monde Magique POTTERMORE – Chapitre 01

HP chap 01

Du quatorzième au dix-septième siècle

By J.K. Rowling

Les explorateurs européens l’appelèrent « le Nouveau Monde » lorsqu’ils arrivèrent sur le continent pour la première fois, mais les sorciers connaissaient l’existence de l’Amérique bien avant les Moldus (note : chaque nationalité a son propre terme pour « Moldu », et la communauté américaine utilise le terme argotique « Non-Maj’ » qui est l’abréviation de « non magique »). Les différents moyens de transport, dont les balais et le transplanage, sans compter les visions et les prémonitions, permettaient aux communautés de sorciers les plus éloignées de rester en contact entre elles depuis le Moyen Âge.

Les communautés magiques amérindiennes, européennes et africaines se connaissaient bien avant l’immigration européenne des Non-Maj’ au XVIIe siècle. Ces communautés connaissaient les nombreuses similitudes qui existaient entre elles. Certaines familles étaient sans conteste « magiques », et la magie survenait aussi de manière inattendue dans des familles qui n’avaient jusqu’à présent connu ni sorcier ni sorcière. Dans l’ensemble, le ratio sorciers/non-sorciers semblait constant à travers les populations, tout comme le point de vue des Non-Maj’ sur la magie, et ce, quel que soit leur pays d’origine. Dans la communauté amérindienne, certaines sorcières et certains sorciers étaient acceptés et même très appréciés de leur tribu. Ils étaient réputés pour leurs capacités hors du commun à soigner ou à chasser. Cependant, certains d’entre eux étaient stigmatisés pour leurs croyances, souvent accusés d’être possédés par des esprits malveillants.

La légende amérindienne des « Changeurs de peau », une sorcière ou un sorcier maléfique qui peut se transformer à volonté en animal, est basée sur des faits réels. Une légende créée autour des Animagi amérindiens raconte qu’ils sacrifiaient des membres de leur proche famille afin d’obtenir le pouvoir de se transformer. En fait, la majorité des Animagi se transformaient en animaux pour échapper à la persécution ou pour chasser pour leur tribu. Ces rumeurs désobligeantes étaient souvent lancées par les médecins non-maj’ qui prétendaient parfois avoir eux-mêmes des pouvoirs magiques et avaient peur d’être démasqués.

La communauté magique amérindienne excellait tout particulièrement dans la pratique de la magie liée aux animaux et aux plantes, les sorcières et les sorciers pouvant notamment créer des potions beaucoup plus sophistiquées que celles que connaissaient les Européens. La différence la plus flagrante entre la magie pratiquée par les Indiens d’Amérique et les sorciers européens était l’absence d’utilisation d’une baguette magique.

La baguette magique est apparue en Europe. Les baguettes canalisent la magie afin de rendre celle-ci plus précise et plus puissante. On considère cependant le fait de pouvoir produire de la magie de haute qualité sans baguette comme étant la marque des plus grands sorciers et sorcières. Comme l’ont démontré les Animagi amérindiens et les fabricants de potions, la magie sans baguette peut s’avérer être d’une grande complexité, mais les charmes et la métamorphose sont très difficiles à pratiquer sans elle.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *