Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail
Home Actu BD/Manga Le Jeudi, c ‘est permis! #MANGATIME n°03
formats

Le Jeudi, c ‘est permis! #MANGATIME n°03

Publié le 30 juin 2016 par dans Actu BD/Manga

51IGZj7Y+CL._SX329_BO1,204,203,200_

 

Présentation de l’éditeur

okoa, jeune fille timide, arrive de sa campagne pour entrer dans son nouveau lycée. Tous les jours, elle voit un garçon dans le train, Banri. Il est le plus beau et le plus intelligent de l’école. Cependant, il ne vit que pour les études et ne parle à quasiment personne. Kokoa va néanmoins tomber amoureuse de lui. Pas facile dans ces conditions de tenter une approche, elle qui n’est déjà pas très dégourdie. Bizarrement cela ne prendra pas longtemps avant que ce dernier baisse sa garde

Auteur:  Rina Yagami

Editeur: Soleil

Parution: 11 mai 2016

*

*

*

 

CHRONIQUE EVEY

 

Lorsque j’ai vu ce shôjo en rayon chez mon dealer de manga (Bédérama à Reims), je me suis dit : « Parfait ! ». J’avais envie de quelque chose de mignon et tendre, un manga feelgood et girly (oui, ça m’arrive d’être girly). Ni une, ni deux, « un Baiser à la Vanille » a été acheté et lu. Et je dois dire que j’ai passé un bon moment et même plus.

 

Kokoa est une jeune fille timide et romantique. Tous les matins elle fait tout pour avoir le train de 6h30 pour pouvoir regarder du coin de l’œil un garçon tout simplement sublime. Banri (le garçon) semble totalement inaccessible. Quand un groupe de filles essayent de lui parler dans le train alors qu’il lit, il les envoie (pas gentillement) sur les roses. Kokoa qui a vu la scène est sur le point d’abandonner, car même si Banri est dans son lycée, il ne la voit pas. Un jour, Kokoa s’endort dans le train, quand elle ouvre les yeux, elle découvre qu’elle dort sur les genoux de Banri et que ce dernier n’a rien dit. S’ensuit d’autres événements qui  vont créer comme une amitié entre les deux personnages.

Si dans un premier temps on est du «kawaï » et exclusivement du « kawaï » rapidement on voit sur la toile de fond se dessiner des sujets plus profonds et sombres. Et ça, je ne m’y attendais vraiment pas. J’ai hâte de voir les chemins que l’auteur va prendre pour ses personnages. On sent qu’il y a un réel potentiel dramatique dans ce manga, et pourtant (heureusement) on a quasiment en permanence le sourire aux lèvres durant sa lecture.

Kokoa est très attachante, et j’adore quand la mangaka la fait « petit chien avec la queue qui bouge » (cela me rappelle Hachi dans « Nana »). Peu sure d’elle, notre héroïne ne s’impose pas assez, et on essaie de la booster au fil des pages. Kokoa a une belle notion de l’amitié, même si parfois cela lui désert.

Banri est séduisant, et oui je trouve un homme sur un dessin séduisant et alors :p. J’avoue que dans le train avec son livre moi aussi j’ai craqué. Mais rapidement c’est la douche froide ! OMG que ce garçon est suffisant et froid. Alors oui, il est beau, oui il a l’air super intelligent, mais il manque cruellement d’humanité et d’intérêt pour ses contemporains. Malgré tout certaines scènes où il se comporte comme un mufle sont juste géniales. C’est la double face du personnage qui est vraiment intéressante et attirante.

 

Je voulais un manga frais et joyeux, je l’ai eu. Mais j’ai aussi eu bien plus. « Baiser à la vanille » nous offre pudiquement quelques scènes plus sombres.  On sent que le manga ne sera pas juste une amourette de lycée entre deux personnages très singuliers. J’ai hâte de pouvoir lire la suite, de voir comment l’auteur va nous emmener dans ses histoires.

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *