Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail
Home Actu Chronique Le jeu du Maître
formats

Le jeu du Maître

Publié le 9 mars 2016 par dans Actu Chronique, Actu Livre

1540-1

Présentation de l’éditeur

Quand le quotidien est sans intérêt, que les rêves n’existent plus, il reste la réalité virtuelle : comme la plupart des jeunes de son âge, Michael passe son temps sur le VirtNet, une plateforme tentaculaire à mi-chemin entre un jeu vidéo et un réseau social. Relié au serveur par des fils sensoriels, son cerveau baigne dans cet univers parallèle. Mais quand une série de suicides – bien réels, ceux-là – intervient dans le cadre du jeu, Michael et ses amis hackers doivent se rendre à l’évidence, effrayante. L’intelligence artificielle aurait-ellepris le pas sur la réalité ?

Auteur: James Dashner

Editeur: Pocket Jeunesse

Parution: 03 mars 2016

 

 

CHRONIQUE EVEY

drapeaux-anglais-americain

 

James Dashner wrote a good first volume. Despite some boring and slow parts, we are gripped by the book. Dashner’s style is as always brilliant and exhilarating. The words build perfect pictures. I look forward to seeing what the author has in store for the next book because the last chapters are very frustrating

 

*

*

*

 

Fan de la trilogie « The Maze Runner » (Le labyrinthe) de James Dashner, je dois avouer que le dernier tome de la saga m’avait un peu déçu. C’est donc avec une petite crainte que j’ai commencé ce nouveau roman. La magie « Dashner » a-t-elle opérée à nouveau ? Vous le saurez dans quelques lignes !

 

Très rapidement, et c’est un plus, l’auteur nous présente l’univers du « Jeu du Maître ». En quelques chapitres, le lecteur possède déjà de nombreuses clés pour comprendre ce qui entoure l’intrigue principale. Etant une « enfant des jeux vidéos » et des mondes dystopiques, je me suis assez vite sentie chez moi. La vision du monde virtuel et réel que nous propose James Dashner est un futur tout à fait plausible. J’adhère totalement au double univers (réel VS virtuel), aux interactions ou non qu’ils ont entre eux. James Dashner nous offre un monde tout en finesse. Encore plus complexe et complet que celui de « The Maze Runner ». J’ai totalement « pris mon pied » à chaque nouvelles découvertes. Et tout comme dans « Le Labyrinthe », James Dashner nous offre des descriptions à couper le souffle. Elles nous entraînent dans le roman, nous immergent dedans. On a les images devant les yeux, et OMG ! C’est juste trop bon !

Mais attention, le réalisme et les sensations que dégagent ce livre est à double tranchant. Je m’explique. Dans un premier temps, je me suis dit que « Le jeu du Maître » pouvait être lu par un ado de 10/12 ans. Puis certaines scènes sont arrivées et avec la perfection de la plume descriptive de James Dasher, on change de tranche d’âge. Des passages sont très violents et sanglants, voir dérangeants mentalement. Je dois avouer que cela m’a perturbé. Car plus des trois quart du roman simplifient le monde dans lequel évoluent les personnages principaux. Ce décalage d’âge m’a un peu gêné.

« Le jeu du Maître » commence par une scène délicate et psychologique. Je vous avoue que j’ai adoré cette mise en bouche. Puis vient l’explication, un peu trop linéaire à mon goût, de l’intrigue du livre. J’aurai aimé plus de subtilité… Car là, un personnage arrive, explique au personnage principal ce qu’il doit faire et repart. Mais rassurez vous, il n’y a que là que l’auteur arrive avec ses « gros sabots ». Le reste est bien plus subtil et surtout certaines révélations sont déroutantes !

James Dashner a décidé que dans ce roman il ne laisserait pas le lecteur reprendre son souffle et calmer son rythme cardiaque. Les événements s’enchainent, se télescopent, … Et, même si d’habitude j’ai besoin de ces moments de « calme », là, cela ne m’a pas manqué. Je me suis prise au jeu et je suis rentrée dans le monde virtuel à 200%. Je suis devenue une accro de la Veille. Rapidement je me suis identifiée à Michael. Je suis son type de geek.

Le fait que l’action se passent dans divers lieux oblige le lecteur à toujours être vigilant. De plus les lieux « farfelus » où nous atterrissons nous garde sur nos gardes. J’avoue ma petite préférence pour la cabane dans les bois ^_^ . James Dashner, encore plus que dans « The Maze Runner », fait rapidement monter l’excitation du lecteur. L’appel du danger et de l’inconnu sont irrésistibles. On veut comprendre. Lire le code.

Michael est un jeune hacker doué. Et je dois avouer que l’alchimie entre nous s’est faite dès les premières pages. Pourtant une certaine mollesse chez lui m’a tout particulièrement ennuyé. Toutefois, Michael est le miroir parfait de la génération actuelle de geek et autres programmeurs. Le désenchantement de la réalité pousse le jeune homme a aller encore plus dans le virtuel. Il y a ses amis fidèles, cela lui va. Michael est aussi un orgueilleux. Il souhaite être le meilleur, réussir là où d’autres ont perdu. Réussir dans la Veille ne l’intéresse pas vraiment, sauf pour sauver sa peau. Les retournements de situation et les diverses paysages font que l’intérêt du lecteur pour Michael ne peut qu’augmenter au fil des pages, au point de se rendre compte une fois LA dernière révélation faite que l’on avait arrêté de respirer.

 

James Dashner signe là un bon premier tome. Malgré quelques passages « ennuyants » ou « lents » (souvent dans la Veille), on se fait vite happer par « Le jeu du Maître ».  Le style de Dashner est toujours impeccable, enivrant. Les mots construisent des images parfaites de ce que l’on doit voir. J’ai hâte de voir comment l’auteur va continuer cette saga. Les derniers chapitres étant totalement frustrant.

 

*

*

*

 

5646James Dashner est né aux États-Unis en 1972. Après avoir écrit des histoires inspirées du « Seigneur des anneaux » sur la vieille machine à écrire de ses parents, il a suivi des études de finance. Mais, très vite, James Dashner est revenu à sa passion de l’écriture. Aujourd’hui, depuis les montagnes où il habite avec sa femme et ses quatre enfants, il ne cesse d’inventer des histoires, influencé par ses lectures et ses films préférés. Sa série « L’Épreuve » a rencontré un grand succès aux États-Unis et un film intitulé « Le Labyrinthe », adapté du premier volume, est sorti en 2014, suivi de « Le Labyrinthe : La Terre brûlée », adaptation du deuxième roman sortie en 2015.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *