La mécanique du coeur

by on 5 janvier 2014

 

Présentation de l’éditeur

Edimbourg, 1874 : le jour le plus froid du monde. Lorsque Jack naît, son cœur gelé se brise immédiatement. La sage-femme le remplace par une horloge et le sauve. Depuis lors, il doit prendre soin d’en remonter chaque matin le mécanisme. Mais gare aux passions ! Le regard de braise d’une petite chanteuse andalouse va mettre le cœur de Jack à rude épreuve…

Auteur: Mathias Malzieu

Editeur: J’ai Lu

Parution: 1 avril 2009

 

CHRONIQUE EVEY

Cela faisait un certain temps que ce roman me faisait de l’œil. Alors quand j’ai vu que J’ai lu ressortait le roman avec l’affiche du film en couverture, j’ai craqué. (Je suis fan de l’affiche et du style graphique du film).  J’allais enfin découvrir sous un autre jour l’écriture de Mathias Malzieu. J’espérais que ce texte serait aussi poétique et beau que les paroles de Dionysos. Qu’en est-il… Vous le saurez dans quelques lignes.

 

Jack est né le jour le plus froid du monde, son petit cœur n’aurait pas tenu le choc si la sage femme Madeleine ne lui avait pas greffé une horloge sur ce dernier. Madeleine n’est pas une sage femme comme les autres, elle accouche les prostitués ou les jeunes femmes ne souhaitant pas de leur enfant. Elle se retrouve donc avec Jack sur les bras. Et personne ne souhaite l’adopter… Jack va donc grandir au près de Madeleine et du petit monde exubérant qui gravite autour d’elle. Un jour, alors que Jack sort en ville, il rencontre une petite chanteuse de rue. Et là, c’est le coup de foudre… Jack se fait inscrire à l’école pour retrouver la fillette, mais il apprend vite qu’elle est partie pour l’Andalousie. Jack va continuer sa scolarité pourtant difficile, puisqu’il est le bouc émissaire du bad boy de l’école. Mais Jack ne tient plus en place, la petite chanteuse lui manque, il va partir à sa recherche quitte à ce que son cœur si fragile ne le supporte pas.

L’histoire est une romance simple mais efficace. On ne peut que soutenir Jack au cours des différents événements qu’il traverse. Pourtant je n’ai pas réussi à vraiment rentrer dans l’histoire. Je restais spectatrice, ne m’investissant pas dans ma lecture. Dans un premier temps l’histoire d’amour est vraiment touchante, mais rapidement elle devient fade. Heureusement la fin rattrape un peu les choses, quelques scènes vraiment fortes emportent le cœur du lecteur. Mais cela en reste là.

Un point m’a tout particulièrement chiffonné, alors que l’écriture est sublime et poétique, Mathias Malzieu a parsemé dans son texte de passages vulgaires. Cela aurait pu servir le texte dans un autre contexte, mais là, on a juste l’impression que l’auteur est atteint du syndrome de Gilles de la Tourette… Et c’est vraiment dommage.

Parlons un peu des personnages. Parlons de la petite chanteuse, miss Acacia. Régulièrement j’aime les personnages attachiantes… C’est mon côté sombre ^^. Mais voila, je n’ai pas du tout trouvé le personnage de la petite chanteuse attachante. Elle est infecte avec Jack, lui fait  vivre l’enfer à la place de l’amour. Et ce, d’une façon vraiment détestable.

Jack est un rêveur et si il y a bien quelqu’un qui m’a un peu fait vibrer, dans ce roman, c’est lui. Dès les premières pages, on s’attache à ce petit garçon pas comme les autres. Au fil des pages, on s’attache à lui, on croit en son histoire d’amour, on croit en ses rêves et ça fait du bien. Sa gentillesse et sa candeur m’ont touché. Les dernières pages sont parfaites et nous font tomber irrémédiablement amoureuse de Jack.

 

Comme vous l’avez surement compris, je suis assez déçue par ce roman. Je m’attendais à une histoire plus forte et plus originale. Je m’attendais à une écriture sans fausses notes. Je m’attendais à quelque chose de grandiose… « La mécanique du cœur » reste un roman à lire pour découvrir l’univers de Mathias Malzieu.

 

Please follow and like us:

One Response to “La mécanique du coeur”

  • Cajou says:

    J’avais bien aimé ce roman mais j’avais tout de même été un poil déçue car je ne ‘lavais pas trouvé aussi exceptionnel que ce que le disaient tous ces billets passionnés. J’en garde quand même un bon souvenir et je me réjouis de voir le film ^^
    Cajou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *