La Lune est à nous de Cindy Van Wilder chez Scrinéo

by on 8 septembre 2017

Présentation de l’éditeur

Max et Olivia n’ont pas grand-chose en commun. Max, solitaire et complexé, peine à s’intégrer dans son nouveau lycée. Olivia, sociable et hyperactive, vient d’être recrutée par la très populaire chaîne YouTube  » Les Trois Grâces  » et s’investit dans le milieu associatif. Ils n’ont rien en commun, si ce n’est qu’ils sont en surpoids, et que le monde le leur fait bien payer. Lorsqu’ils se rencontrent, ils se comprennent instantanément. Et décident de réagir – chacun à sa manière. L’habit ne fait pas le moine, dit-on… Ni Max ni Olivia ne s’attend aux défis qu’ils vont rencontrer. Et si l’aiguille de la balance n’était pas le seul challenge ? Et s’il était possible de décrocher la lune, même après être tombé à terre… ?

Auteur: Cindy Van Wilder

Editeur: Scrinéo

Parution: 14 septembre 2017

 

Lorsque Cindy Van Wilder a dévoilé son nouveau roman sur Twitter je me suis tout de suite permise de contacter l’auteur. Moi qui me penche actuellement sur le phénomène Body Positive, j’avais envie de voir comment une auteur francophone allait s’emparer du sujet. L’obésité est une question encore tabou en France… Alors oui, on en parle plus… Mais pas toujours avec justesse. Les insultes sont toujours très présentes, tout comme les humiliations. C’est pourquoi la sortie de ce roman me semble importante. Je voulais participer à sa promotion qu’elle soit positive ou négative.

 

Olivia est Curvy Grace sur Instagram. Elle montre ses rondeurs dans des vêtements qu’elle aime. Elle a envie de montrer à tout le monde, que lorsqu’on est obèse on n’est pas obligé de se cacher derrière des pulls informes. Son compte fonctionne bien et il va lui permettre de se faire repérer par une chaine Youtube très populaire « Les 3 Grâces ». Les youtubeuses vont demander à Olivia de faire un bout de chemin avec elles. Olivia hésite… Car elle a eu quelques remarques très blessantes sur son physique peu de temps avant cette offre.

Max vient d’arriver en Belgique. Il a dû quitter son sud adoré pour suivre sa mère après le divorce de ses parents. Le changement est difficile. Le jeune homme n’est pas spécialement sociable, il n’a pas encore fait son coming-out et ne souhaite pas le faire pour éviter les insultes et ne supporte pas son corps trop rond pour les « autres ».

Le destin va faire se rencontrer les deux protagonistes dans des conditions difficiles, pourtant de cela va naitre une belle histoire.

 

Au début, j’ai eu un peu peur car Olivia vit chez son oncle et sa tante qui sont assez obtus… Ses parents sont décédés tragiquement. Elle est obèse. Elle est noire (bah oui je le souligne car en 2017 cela pose encore des problèmes à certains). Elle est grande gueule.

Max est obèse. Il est homosexuel. Il vit mal le divorce de ses parents. Il se cherche.

Je me suis dit : « ça fait beaucoup pour 2 ados ».

Mais Cindy Van Wilder a su jongler à la perfection avec les mots pour nous offrir un texte réaliste qui n’est à aucun moment dans l’exagération. Elle ne tombe pas dans la caricature et ça fait plaisir. Elle développe toutes les problématiques qu’elle met en place. Plus ou moins profondément, mais elle en parle et elle en parle bien.

Ici les personnages sont vrais. On se dit qu’on pourrait les croiser au lycée,à la fac, au collège, … Ce sont, au final, des jeunes comme les autres avec juste des petits « handicaps » (enfin aux yeux de la « normalité »). Et c’est ce que Cindy Van Wilder réussi à faire passer.

L’auteur parle avec justesse des problèmes et des conséquences de l’obésité. Elle ne tombe pas dans le pathos. Elle parle de véritables questionnements que se posent les personnes dans cette situation. Cindy Van Wilder ne s’enorgueille pas d’apporter une réponse, on ne se sent pas « différent » et plein de confiance en soi quand on referme le roman. Mais on se sent vraiment compris. On ne se sent pas invisible. On comprend qu’on a le droit d’être là, de vivre, de rire, de pleurer, de s’habiller en couleur, …

Le rythme est assez tranquille, toutefois, certains passages prennent vraiment aux tripes et donnent un véritable relief à ce morceau de vie. Je dois même avouer qu’une paire de passage (tout particulièrement autour de Max) m’ont vraiment émue. Cindy Van Wilder sait trouver les mots parfaits pour impliquer le lecteur dans la vie de ses personnages.

Olivia est une jeune fille assez sure d’elle. Personnellement je n’ai pas accroché tout de suite avec elle. Je ne sais pas, elle dégageait un truc qui me gênait… Peut-être que son côté : je suis une sauveuse grande gueule. Mais petit à petit, l’auteur dévoile un personnage profond. Olivia est courageuse et en même temps elle petit à petit une fragilité qui la rend réelle s’impose. Cette ambivalence est un vrai plus au récit. Cindy Van Wilder ne nous impose pas une héroïne surpuissante et qui sait tout faire, tout gérer. Non, elle nous propose une jeune fille tout en dualité et questionnement. Cela ne rend que plus fort l’histoire d’Olivia.

Max, je l’ai aimé dès la première page. Il sait qui il est au fond de lui, mais il ne soupçonne pas la force qui sommeille dans son cœur. Il ne sait pas comment être lui-même sans avoir peur ou souffrir. Max est un personnage tout en douceur. Une alchimie s’est faite entre nous assez rapidement (enfin je ne sais pas pour lui mais de mon côté oui). J’ai vraiment aimé ce jeune homme, il a un cœur énorme, il est humain et veut que les personnes qu’il aime soient heureuses. Il est pur mais pas naïf. C’est très attendrissant de voir un personnage tel que lui à l’heure actuelle.

 

Vous l’aurez compris j’ai vraiment beaucoup aimé ce roman. Cindy Van Wilder a réussi le défi de parler de problèmes de société destructeurs avec justesse et doigté. Je la remercie d’avoir aussi bien traduit les difficultés que rencontre les obèses (que ce soit les enfants, les ados ou les adultes). Je la remercie d’avoir mis des mots sur une douleur à la quelle trop de personnes sont confrontées. Je ne sais pas si les homosexuels et les noirs auront eux aussi l’impression que ce livre sonne juste, mais en tout cas, en tant qu’obèse je ne peux dire que merci.

 

 

 

 

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *