La fille du déménageur

6 juin 2013

 

Présentation de l’éditeur et informations

Un déménageur a deux semaines pour redonner le goût de la vie à sa fille suicidaire. Il faudra pour cela qu’il redécouvre ce qui compte dans sa propre vie… Suivie de la nouvelle « Dernier Tour » où un vieux monsieur, propriétaire d’un manège pour enfants dans une banlieue oubliée, reçoit un soir de pluie une visite improbable.

Auteur: Caroline Vermalle

Editeur: Black Moon

Parution: 2 mai 2013

 

 

CHRONIQUE EVEY

Black Moon a décidé d’éditer des nouvelles inédites. « La fille du déménageur » faisait parti de la première fournée. J’attendais avec hâte ce texte qui parle d’un sujet qui m’interpelle: le suicide. Déception ou coup de cœur? Vous le saurez dans quelques lignes.

 

Vincent est déménageur depuis toujours. Séparé d’avec sa femme, il vit seul. Un jour sa femme l’appelle pour lui annoncer une mauvaise nouvelle, leur fille vient de faire une tentative de suicide. Les vacances arrivent bientôt, Vincent se met bille en tête, il aura 2 semaines pour prouver à sa fille que la vie vaut le coup d’être vécue.

J’ai trouvé cela vraiment original d’écrire le livre du point de vue du père et non de la jeune fille ou de la mère. Même si Vincent est un peu la caricature du père dépassé par les évènements et les femmes. L’idée n’en est pas moins bonne. L’auteur a réussi avec succès à faire passer le dépassement total du père, ses incompréhensions. Cela ne doit pas être facile de voir son enfant décider de partir avant nous.

Venons en au thème principal, le suicide. Au final, il est presque comme un prétexte pour parler du père, de la famille et de la difficulté de comprendre ces enfants. Mais voila, le soucis c’est que tout ces thèmes ne sont que survolés. A aucun moment l’auteur rentre en profondeur dans ces sujets. Et c’est bien dommage car je pense qu’il y a beaucoup à dire sur eux. Et peut être encore plus en passant par le point de vue de l’un des deux parents.

Vincent est un père célibataire qui se retrouve totalement perdu face à la situation. Cette tentative de suicide lui permet étrangement de faire le point sur sa vie et sur sa personne. Encore une fois; l’idée est très bonne mais l’auteur ne va pas au bout de son analyse. Malgré tout, Vincent est un personnage assez attachant (surtout quand on est parent), on a envie d’aider et de connaitre plus et de l’encourager dans ces entreprises.

L’ex femme de Vincent est, elle aussi, dépassée par la situation et ce depuis bien longtemps si on en croit le texte. C’est une mère fatiguée que nous présente l’auteur. La mise en avant de la difficulté d’élever une adolescente seule est alléchante. Malheureusement, encore une fois, les choses ne sont que survolées.

Alors je sais, on va me dire: « Oui mais c’est une nouvelle, on ne peut pas s’attendre à un développement digne d’un roman ». Et bien peut-être qu’un petit roman aurait été mieux. Voir quelques pages supplémentaires pour approfondir plusieurs points.

 

Je dois avouer que j’ai été déçue par cette nouvelle dont j’attendais beaucoup, d’où ma note de 2 sur 5 sur GoodReads. Ces thèmes méritent d’être approfondis et non pas survolés. Malgré tout, cette nouvelle reste une bonne base de réflexion. Et déborde de réalisme.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.