Interview C.J Daugherty – Salon du livre jeunesse de Montreuil 2013

20 décembre 2013

 

Si vous deviez vous décrire en 1 mot, lequel serait-ce?

Septique.

 

Quel fut votre premier contact avec le monde de l’imaginaire?

Quand j’était enfant, j’avais des amis imaginaires et c’est sans doute ça qui m’a donné envie d’écrire et de rentrer dans l’univers de l’imaginaire aussi. J’étais vraiment une lectrice compulsive et à 10 ans je lisais déjà des livres pour des gens de plus de 20 ans, c’était niveau universitaire déjà.

 

Comment vous est venue l’envie d’écrire?

C’est venu très progressivement. Au début je ne me croyais pas capable d’écrire de la fiction et mon premier métier a été d’être journaliste. C’est comme ça que je me suis mise à écrire jusqu’à me lancer dans l’écriture de fiction.  Le fait d’écrire de la fiction est venu plus tard. Le journalisme c’est de l’écriture rationnel. La fiction est vraiment venue plus tard.

 

Avez-vous une petite manie lorsque vous écrivez?

Pas vraiment je peux vraiment écrire n’importe où. Quand je commence un livre je peux écrire dans du bruit, même j’aime écrire dans le bruit, dans un bar, une cafétéria, si il y a du monde autour alors c’est parfait. Par contre vers la fin du livre, là il me faut vraiment un silence total, que je sois isolée.

 

Vous communiquez beaucoup par Twitter et Facebook. Cela est-il important pour vous?

C’est très important car je sais que tout mes fans sont connectés. Ils me montrent l’envie de me lire. Et c’est pour moi très important.

 

 

Parlons un petit peu de Nightschool. A quel personnage vous identifiez vous?

C’était assez fluctuant, pendant un moment je ne savais pas trop qui et puis depuis quelque temps j’ai choisi Allie qui est vraiment mon alter-égo.

 

Team Carter? Team Sylvain?

(rires) J’aime beaucoup les deux, ils ont tout les deux des qualités et des défauts. Allie a du mal a choisir peut être parce que moi j’ai du mal à choisir et vise et versa. On verra d’ici le tome 4 ce qui se passe.

 

Quel est votre tome préféré?

Le deuxième tome me tient vraiment à cœur parce que c’est plein d’émotions. Mais le troisième tome est vraiment celui que je préfère aussi.

 

Pourriez vous m’en dire plus sur l’héritage d’Allie?

Il y a beaucoup de choses qui n’ont pas encore été révélées. Allie a hérité notamment de la colère, de l’incertitude, elle ne sait pas à qui faire confiance donc ça elle  peut l’avoir hérité de ses parents. Avant tout il faut qu’elle trouve sa propre identité et découvre qui elle est. Il reste du travail sur la planche.

 

Vous poussez les lecteurs à approuver les désobéissances des ados. Exemple, ils recherchent le traître malgré l’interdiction d’Isabelle. Au final vous prenez le contre pied de la morale. Pourquoi?

J’ai envie de voir jusqu’où on peut aller et réussir à se faire pardonner. Donc j’explore ce champ des possibles. Dans le livre tout les personnages ont fait quelque chose qui, aux yeux des autres personnages, passe pour impardonnable. Carter a fait des choses impardonnables, Sylvain aussi on le sait bien. C’est vraiment au lecteur de décider qui doit être pardonné et qui ne doit pas l’être. C’est une histoire de rédemption avant tout.

 

Vous mettez en scène des ados tout particulièrement rebelles. N’avez vous pas peur que les parents interdisent le livre à leurs enfants?

J’aimerai bien que les parents interdisent de le lire comme ça ça donnerait aux lecteurs encore plus envie de le lire. Les lecteurs sont assez grands pour se faire leurs propres idées et ne pas suivre les mauvais exemples.

 

Dans le tome 3, Allie a mûri. Va t elle continuer dans cette voie?

C’est vraiment l’effet recherché. D’ici à la fin du tome, je fais en sorte que tous les personnages aient changé, grandis par rapport à leur expérience au cours de la saga.

 

J’adore l’atmosphère de Cimmeria. Il est à la fois frivole et lourd. Quelles sont vos inspirations?

J’avais déjà visité quelques pensionnats en Angleterre. Maintenant je crois que j’ai fait le tour de ce qui peut se faire en pensionnat anglais. Certains sont complètement éblouissants, des vrais petits palais. Il y a tout ce décor somptueux mais il y a aussi à l’intérieur tout ces enfants qui sont déracinés, qui habitent tous ensemble et c’est de là que l’obscurité peut naître.

 

Pensez vous écrire un spin-off ou une novella du point de vue d’autres élèves? (Un extrait du point de vue de Carter existe.)

J’y ai pensé et si jamais les lecteurs à la fin de la série me demande vraiment de faire ces spin-off du point de vue d’autres personnages je pense que je le ferais. J’adore tout ces personnages. J’ai parlé avec mon éditeur allemand qui demandait si il était peut-être possible de faire un pré quel du point de vue de Joe. Mais tout ça reste dans le peut-être pour le moment.

 

Comment étiez vous adolescente?

Désobéissante, difficile. Comme Allie (rires).

 

Pouvez vous nous parler un petit peu de « Resistance »?

C’est l’avant dernier tome de la série. Il va donc se passer plein, plein de choses. On découvre beaucoup de choses sur Christopher, Nathaniel… Et il faut qu’Allie, Carter et Sylvain règlent leurs problèmes entre eux. Ça va être un livre très très riche avant une descente progressive dans le tome 5 vers le bouquet final.

Sinon il se trouve que Joe, même si elle a disparu de la scène, habite toujours le roman. C’est toujours un personnage à part entière.

 

Vous étiez journaliste criminel, cela vous aide t-il dans l’écriture de vos romans?

En effet mon expérience de reporteur criminel me permet de voir un petit peu les deux côtés de chaque personnages. Nathaniel qui peut paraître très désagréable, je ne le déteste pas car je comprend comment il a pu en arriver là. Généralement les criminels ont été poussés par la vie dans cette voie. Je les comprend avant tout et je sympathise avec eux.

Par contre je reconnais tout à fait l’existence de psychopathe qui ont eu une enfance heureuse mais qui persiste à faire le mal. Gabe est un psychopathe total. Il n’a pas d’excuse.

 

Pourriez vous nous donner un indice sur la taupe?

Je ne veux pas trop en révéler et d’après toutes les devinettes qui ont été faite sur Twitter je peux dire que très peu de gens ont trouvé qui cela était. Très peu de réponse pour la bonne personne, mais en même temps personne n’a envie de voir cette personne être la taupe. Donc ça décevra des gens.

 

Le troisième tome est une ode à l’amitié. Transmettez vous au lecteur vos convictions?

Pour Allie comme pour beaucoup de personnes, les amis c’est comme une deuxième famille. Comme Allie est coupée de sa famille, c’est vraiment ses amis qui lui permettent de se dépasser, d’aller plus loin. L’amitié est vraiment quelque chose de super important.

 

Avez vous d’autres projet en dehors de Cimmeria?

Je suis en effet en train de travailler sur un autre projet avec l’auteur française Carina Rozenfeld. Nous écrivons un roman à quatre mains. L’action se passe à moitié en France et à moitié en Angleterre. C’est sur deux personnages qui ne se sont pas rencontrés dans ce que l’on a écrit, la moitié du livre. Ils vont être amenés à se rencontrer mais pas pour de bonnes raisons. C’est très dangereux…

 

Converse ou Stilleto?

Doc Martens! Comme Allie.

Please follow and like us:

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.