Il faut sauver Zoé

10 juillet 2014

Présentation de l’éditeur

Écho a connu des jours meilleurs. Ses parents l’ignorent, trop occupés à sombrer dans la dépression, ses amies d’enfance se détournent d’elle, et son entrée au lycée n’annonce aucune embellie. Mais comment parvenir à exister alors que l’ombre de sa sœur, Zoë, assassinée un an plus tôt, plane toujours ? Seul le journal intime que cette dernière a laissé pourrait délivrer Écho de son chagrin. Entre ces pages, les secrets que Zoë a toujours voulu cacher. Dans ces lignes, le seul moyen pour Écho de se reconstruire… De sa sœur il ne lui reste qu’un journal intime… Lui redonnera-t-il le goût de vivre ?

Auteur: Alyson Noël

Editeur: Michel Lafon

Parution : 12 juin 2014

 

CHRONIQUE EVEY

Alyson Noël est l’une de mes auteurs fétiches. Dès son premier roman, la magie a opéré et depuis je suis avec attention sa carrière et ses sorties. Quelle joie quand Michel Lafon a annoncé la sortie d’un nouveau roman de l’auteur. Bon le quatrième de couverture me faisait un peu peur… Mais il me le fallait. Alors quand Michel Lafon me l’a proposé en partenariat, je ne pouvais que dire « OUI!!! » (oui ils connaissent mon addiction à Alyson Noël). Alors???? Roman fantastique ou gros flop???? Vous le saurez dans quelques lignes!

 

A la base, l’histoire d’ « Il faut sauver Zoé » est simple. Zoé est morte il y a un an (je ne vous dit pas comment ça gâcherait tout). Sa famille vit mal le drame. Sa petit sœur, Echo, n’a pas encore fait son deuil et vit encore dans l’ombre de Zoé. Zoé était une jeune fille pétillante et optimiste, tout le monde l’aimait, elle était populaire. Echo est tout l’inverse, elle est réservée et est l’archétype de la « fille bonne à l’école ». 1 an après la mort de sa sœur, la vie d’Echo va basculer. Marc, l’ancien petit ami de Zoé, lui donne le journal intime de celle-ci. Ce dernier contient les derniers mois de la vie de sa sœur qu’elle pense connaitre. Mais voila, ce journal va dévoilé des facettes de Zoé qu’Echo n’imaginait pas. Cette liberté et insouciance, Echo va essayer de les adopter. Mais n’est pas Zoé qui veut.

Bon je viens de vous raconter la base de l’histoire. Qui, si on s’arrêtait là serait juste une lecture fraîche et vivante. Mais voila, ce texte est bien plus complexe. Il a une seconde lecture, plus profonde et adulte. Il y a tout d’abord les réactions d’Echo face à la mort de sa sœur et à la découverte de son journal. Dans un premier temps (assez long) la jeune fille est immature et énervante au possible. Elle choisie les chemins les plus sombres et s’étonne ensuite d’avoir des ennuis. Sincèrement plusieurs fois, si Echo avait été devant moi je l’aurais giflé une bonne paire de fois. On comprend qu’Echo soit désemparée face à la disparition de Zoé. On comprend que la lecture du journal la bouleverse complètement. Mais il y a des limites. Et puis, tout d’un coup, quand cette vague est passée et qu’Echo est plus mature. On se dit qu’au final… nous aussi on aurait surement eu les comportements qu’elle… Et alors la jeune fille désespérante devient une amie que l’on a envie de soutenir.

Mais il y a encore plus exaspérant qu’Echo! Il y a Zoé! Bien que nous ne la connaissions qu’à travers son journal, Alyson Noël nous présente une jeune fille, presque femme, qui se cherche et cherche ses limites. Bon OK, la plupart des ados passent par là, mais peut être pas aussi « violemment » que Zoé. Sa vie calme, pleine de ragots et autres gamineries va petit à petit changer. Dans un premier temps pour Marc, puis par de mauvaises rencontres et enfin pour ses ambitions. Elle veut devenir mannequin… C’est un monde violent et sans règle que nous décrit Alyson Noël. Ce qui est marrant c’est qu’en lisant on ne trouve pas spécialement ça violent car ce sont des petits épisodes par-ci par-là. Mais en refermant le roman, on a une boule au creux de la gorge. Et toute la violence contenu dans ce livre nous revient en pleine figure.

Alyson Noël nous dépeint un monde dur et sans limites, une génération d’ado brûlant la vie au risque se consumer eux même, drogue, sexe et alcool. Sans jamais tomber dans la moralisation facile et basique, l’auteur nous offre sur un plateau la réalité qui nous entoure. On sent « le vrai » à travers les mots. Et ça… ça fait mal et peur.

 

 

Alyson Noël signe là un roman vraiment singulier, si dans premier temps on peut le trouver trop « ado », rapidement l’intrigue se met en place, amenant avec elle la profondeur. Malgré quelques points noirs (comme le caractère des deux jeunes héroïnes) ce livre est un véritable coup de cœur! Il est fort, profond, réaliste, addictif, … Bref ne passez pas à côté de ce roman!

 

 

Please follow and like us:

2 commentaires

  • Lucie 10 juillet 2014 à7:52

    Ce livre me fait pas mal envie, et ta chronique ne fait que me donner encore plus envie. J’ai surtout peur que ce soit un roman trop jeunesse donc j’hésite un peu. Allyson Noel fait souvent dans le jeunesse alors pourquoi après tout ^^

    • Evey 11 juillet 2014 à1:18

      Moi aussi j’ai eu un peu peur au début. Mais finalement les situations sont celles de jeunes de 15/20 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.