Grisha – Tome 1 – Les Orphelins

25 avril 2013

 

Présentation de l’éditeur et informations

Le royaume de la Ravka est maudit depuis des millénaires.
Son destin repose désormais sur les épaules d’une orpheline.
Alina a été recrutée par l’Armée pour accompagner les Grisha, de puissants magiciens qui luttent contre le brouillard maléfique qui déchire le pays. Quand son ami d’enfance frôle la mort lors de ce raid, Alina doit affronter ses peurs et sa destinée? Le monde des Grisha est dangereux et les pièges nombreux. À qui Alina pourra-t-elle accorder sa confiance, alors que la seule personne sur laquelle elle pouvait compter n’est plus en mesure de l’aider ?

Auteur: Leigh Bardugo

Editeur: Castelmore

Parution: mars 2013

 

 

CHRONIQUE EVEY

Cela faisait quelque temps que je n’avais pas lu un roman de fantaisie. Moi qui ne lisait que ça il y a quelques années, me suis retrouvée à ne plus en lire (faute de temps, argent et autres). C’est donc avec un réel plaisir que j’ai accueilli chez moi le paquet Castelmore contenant « Grisha ». Un SP = lire le livre et en faire une chronique. Bonne excuse pour me replonger dans un univers que j’ai trop longtemps laissé de côté. « Grisha » est-il une bonne pioche???? Vous le saurez dans quelques lignes.

 

 

L’univers de « Grisha » est assez intéressant sans vraiment être original, il se compose d’humain et de grisha (magicien de diverses familles). J’ai tout particulièrement aimé les castes chez les grisha. Cela m’a tout de suite rappelé les jeux de rôle. On sent que l’auteur a bien réfléchi à la hiérarchisation de ces peuples et des différents types de grisha. Tout est limpide et se comprend aisément.

Les décors et les vêtements donnent envie de les voir en réel. Mon imagination a tourné à plein régime durant cette lecture. Et ça, j’aime!

 

 

L’intrigue autour de la Nape et des différents pays est vraiment intéressante. Malheureusement, je trouve que l’auteur ne fait que la survoler. J’aurai aimé avoir plus de détails, rentrer vraiment en profondeur dans son univers. Une petite carte aurait même été la bienvenue.

C’est le moment des confessions. Malgré la mise en place d’un univers intéressant, la découverte des personnages, des intrigues, … Je dois dire que je me suis ennuyée ferme durant la première moitié du roman. L’auteur patauge .. patauge .. patauge .. On apprend des choses mais l’auteur reste en surface…survole. Le rythme est bon mais ne réussi pas à emporter le lecteur tellement le texte semble fade.

 

 

J’ai beaucoup aimé l’histoire d’Alina, ses origines, comment elle a fait pour ne pas être détecté en tant que grisha. Par contre, Alina est un personnage détestable, voir même fade. A aucun moment je n’ai accroché. Elle est cupide et peureuse. Elle se pose milles questions et se les repose encore et encore, spécule sur tout et n’importe quoi. Bref je n’ai pas du tout ressenti d’empathie avec elle.

Mal est peut présent dans ce tome. J’espère qu’il le sera un peu plus par la suite car j’avoue qu’il a réussi à m’intriguer un peu. Pour le moment je ne suis pas fan du personnage mais je le trouve courageux et vrai. Deux bons points pour le jeune homme.

Le Darkling est sans aucun doute THE personnage de ce tome. Je ne vais pas vous en dire trop sur lui car une partie des rebondissements reposent sur ces épaules, mais sachez que je l’ai adoré!

 

 

Bref vous l’aurez compris, « Grisha » est un livre agréable à lire; une fois les 150 premières pages passées. Le manque d’originalité se fait sentir rapidement et la caractère d’Alina décourageront rapidement certains lecteurs. Malgré tout, mon avis sur « Grisha » est mitigé car j’ai vraiment été embarqué, dans les derniers chapitres, par l’aventure. La lecture du second tome me semble nécessaire pour me faire un avis sur cette saga prometteuse malgré tout.

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.