Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail
Home Actu Chronique Février : Calendar Girl tome 2
formats

Février : Calendar Girl tome 2

Description et infos

Mia se rend à Seattle où elle sera la muse d’un célèbre peintre français.

L’amour sur toile, tel est le titre de l’œuvre du bel artiste avec lequel elle va partager ce mois qui sera riche en émotions. Il faut dire qu’Alec est surprenant dans son travail et qu’il a cette manie si sexy d’utiliser des expressions françaises lorsqu’il s’adresse à Mia.

Auteur : Audrey Carlan

Editeur : Hugo Roman New Romance

Parution : 02/02/2017

 

Janvier

 

J’ai été séduite par le premier tome de cette série et j’attend la suite. Mais c’est avec une petite pointe d’appréhension que j’ai ouvert ce second opus. Un énorme merci aux éditions Hugo Roman pour l’envoi de celui ci.

Mia quitte Malibu pour Seattle. Elle sait qu’elle va y rejoindre un peintre, français, très célèbre, qui a décidé de la prendre pour muse. Mais elle ne sait pas vraiment dans quoi elle s’embarque en arrivant dans le loft/atelier de l’artiste…

Cet avis sera bien plus court que celui de Janvier car Audrey Carlan a posé les bases de son histoire dans le tome précédent et que l’on a pas à revenir dessus. Tout comme sa plume d’ailleurs, elle est toujours aussi drôle et addictive ^^ Le décor a bien été planté et la toile se déroule, mois par mois. Après avoir passé un moment fantastique dans les bras de Wes, Mia doit assurer sa deuxième mission aux côtés d’un peintre français, Alec Dubois, de renommée mondiale, qui a décrété qu’elle serait la muse de sa prochaine exposition. Pour ce mois, elle doit satisfaire l’envie créative de l’artiste. Mia va être amenée à se dévoiler de plus d’une manière. J’avais un peu peur au commencement de ma lecture d’une redite du premier tome mais pas du tout. L’ambiance est différente, les personnages également même si Mia est là, son expérience avec Wes l’a changé, et celle avec Alec va la toucher d’une autre façon . L’auteur nous plonge dans une sorte de bulle démontrant l’humeur d’Alec lorsqu’il est dans sa phase de génie créatif avec sa muse, il fait abstraction du monde extérieur et entraine Mia avec lui. Il faut dire que le temps maussade de Seattle est propice à cet isolement. Mia inspire Alec grâce à sa plastique et lui, avec son point de vue artistique et extérieur, va aider la jeune femme à grandir et à s’accepter. J’ai trouvé ce tome un peu plus profond car il aborde un sujet qui me touchent (comme l’acceptation de soi) mais j’ai eu un peu de mal avec Alec, car même si j’étais ravie d’avoir un compatriote comme protagoniste, j’ai été un peu déçue par la caricature faite par l’auteur sur certains points (alors certes nous sommes connus pour être romantique mais bon … et puis les « oui » à chaque fin de phrase m’ont agacé !)

Mia est toujours aussi mignonne ! Elle garde une certaine naïveté et une fraicheur malgré les épreuves qu’elle traverse. Elle tente de relativiser son nouveau métier, de l’idéaliser mais elle va se rendre compte de certaines choses ici. Les exercices que va lui imposer Alec vont la confronter à elle même et vont la faire grandir. C’est agréable d’évoluer à ses côtés.

Monsieur Février, Alec Dubois est un français super sexy. Installé à Seattle, il retourne quand même régulièrement à ses sources natales. Son côté romantique est beaucoup mis en avant, ainsi que sa folie créative ce qui fait de lui un doux rêveur. Délicatement, il va aider Mia à s’accepter et à ouvrir son cœur. Inconsciemment, nous ne pouvons nous empêcher de faire la comparaison avec Wes, mais les deux hommes sont tellement différents que leur seul point est Mia ( et le fait qu’ils soient super beaux gosses.. d’ailleurs physiquement, mon point va à Alec 😉 )

J’ai trouvé ce tome un peu moins pimenté que le précédent. Le caractère d’Alec, plus posé et teinté du romantisme français, engendre un climat plus tendre et plus profond, et il en va de paire avec les scènes intimes. Le prochain client de Mia, est d’origine italienne, cela risque d’être sympathique vu le caractère de la jeune femme… j’ai hâte d’y être !!

 

Audrey Carlan vit en Californie avec l’amour de sa vie et leurs deux enfants.

Écrire est pour Audrey une absolue nécessité. Calendar Girl est né du besoin de créer un personnage auquel les femmes d’aujourd’hui peuvent s’identifier : une femme volontaire, drôle, et sensuelle. Cette série phénomène a instantanément rencontré son public dans le monde entier, en entrant notamment dans les listes des meilleures ventes du New York Times la première semaine de sa sortie.

Quand elle n’est pas en train d’écrire ou discuter sur les réseaux sociaux avec ses lectrices à travers le monde, Audrey aime faire du yoga, et bien sûr se plonger dans un bon livre !

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *