Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail
Home Actu Chronique #Famous de Jilly Gagnon
formats

#Famous de Jilly Gagnon

 

Présentation de l’éditeur

Rachel n’est pas vraiment l’archétype de la fille populaire. Plutôt branchée théâtre, elle ne se sent pas concernée par les préoccupations de ses camarades de lycée. Sauf peut-être quand il s’agit de Kyle Bonham… Mais elle est assez lucide pour savoir que le beau gosse ne la regardera sans doute jamais !

Kyle est bien le seul garçon qui a le pouvoir de rendre son uniforme de serveur au Burger Ban sexy. Mais entre la cuisson des frites et le flot ininterrompu d’histoires de coeur désastreuses, sa vie est peu excitante.

Ces deux-là étaient loin d’imaginer qu’une simple photo de Kyle, prise en cachette par Rachel et postée sur Twitter avec le hastag #cuteboy, allait changer leur vie à tout jamais. En quelques heures, alors que le nombre de retweets ne cesse d’augmenter, Kyle et Rachel sont connus à travers tous les États-Unis. Une chaîne de télévision va même les contacter pour rapporter leur histoire. Mais forcément, cette célébrité soudaine attise les jalousies, et les haters ne les épargnent pas, surtout Rachel…

Raconté du point de vue de chacun des deux héros, #Famous pose la question : est-il possible de vivre une histoire d’amour quand tout le monde s’en mêle ?

Auteur: Jilly Gagnon

Editeur: Hugo Roman

Parution: 12 janvier 2017

 

 

Voici un roman que j’attendais avec impatience. Dès que j’ai lu le résumé, j’ai eu envie de découvrir comment l’auteur avait traité le sujet « de la viralité sur internet et les réseaux sociaux ». C’est un sujet que je trouve très intéressant sociologiquement. Il est tellement symptomatique de notre époque. Ayant enseigné, j’ai pu voir comment certains jeunes se comportement sur les réseaux, étant maman je m’interroge pour ma fille, étant humaine je m’inquiète pour le monde qui m’entoure et qui n’hésite pas à briser une personne à coups de tweets.

 

« #Famous » est l’histoire de deux personnages que beaucoup de choses opposent à première vue. Rachel est timide et tout le monde la trouve « bizarre », Kyle est sportif, mignon, mais totalement pas sûr de lui (mais ça il ne le montre pas). Kyle travaille dans un magasin de restauration rapide. Dans sa tenue spéciale « employé » il n’a rien de sexy. D’ailleurs jamais une fille ne l’a dragué par-dessus son comptoir. Un jour que Rachel se promène dans la galerie commerciale, elle décide de prendre une photo de Kyle au travail sans qu’il ne la voie. Comme toute bonne ado qui se respecte, Rachel tweet à sa meilleure amie la photo avec un hashtag « amical ». Celle-ci répond en retweetant la photo et un hashtag humoristique. Et c’est là que les choses s’emballent. Le tweet est repris de nombreuses fois et est rapidement vu par des personnes du lycée de Rachel et Kyle. Kyle devient très populaire en 24 heures. Rachel devient une pariâ en 24 heures. Les insultes viennent de partout, de personnes qu’elle ne connait pas. Ça fait mal. C’est injuste. Petit à petit Kyle va comprendre l’ampleur du phénomène et va se tourner vers Rachel.

 

En soi, le sujet est bien apporté et réaliste. Les engrenages s’imbriquent parfaitement et lancent une destinée qui n’est pas prête d’être stoppée. L’auteur trouve les mots justes et surtout les situations justes pour parler du problème. Il n’en rajoute pas. Ce qui fait que l’histoire est tout à fait plausible et surtout terrifiante.

Deux espaces temps se superposent dans ce roman, je vous explique. En soit les choses se passent très vite, le tweet se répand en quelques heures. Et pourtant on a une impression qu’en parallèle le temps passe lentement. Que l’histoire s’inscrit dans la durée. C’est vraiment déroutant. Mais je trouve que cela colle parfaitement avec ce phénomène. La plume de l’auteur favorise l’effet de lenteur car elle est tout particulièrement molle.  Et c’est là que l’on arrive à mon premier point noir sur ce roman. Tout, tout, tout est mou… On a l’impression que l’on n’avance pas dans l’histoire. Que tout est lent. Que les personnages sont tout mollassons. On stagne. Et je dois avouer que je n’ai pas du tout apprécié cela. A plus de la moitié du livre j’avais l’impression qu’on en était au même point et j’avais furieusement envie de frapper les personnages pour qu’ils prennent un peu vie. Plus l’histoire avançait et plus les petites actions insignifiantes me donnaient envie d’hurler…

 

Passons aux personnages…

Rachel… Dans un premier temps j’ai trouvé son personnage sympa mais pathétique. J’ai laissé la seconde partie de côté pour essayer de m’attacher à ce petit bout de femme à l’âme artistique. Mais cela n’a pas suffi. Si j’ai trouvé marrant qu’elle prenne la photographie de Kyle et la tweet à son amie, sa passivité envers le jeune homme et envers les « haters » ou autres « camarades de lycée » m’a donné envie de manger tout ce qui me passaient sous les dents. Alors oui, c’est bien de ne pas répondre au quart de tour aux insultes, etc…  Mais Rachel intériorise tout et trop. Elle nous met même nous le lecteur en dehors de sa bulle de protection alors que l’on a qu’une envie, l’aider et lui dire que nous aussi on sait tweeter. Au final, à aucun moment je n’ai eu envie d’être l’amie de Rachel. A aucun moment je me suis dit : « tiens, je serais dans le roman je pourrais la défendre ». Non, rien, aucune alchimie entre nous.

 

Kyle… Oui lui aussi je mets trois petits points. Lui aussi est mou… mais mou… Il pleure sur son sort de ne pas être l’un de ses frères tellement biens. Kyle est transparent dans sa famille. Heureusement pour lui, il est sorti avec Emma, la capitaine des pom-pom girls. Cela lui a donné un peu de popularité au lycée. Cette dernière explose une fois la photo diffusée partout. Kyle est maladroit et ça c’est touchant. Maladroit dans sa popularité mais aussi maladroit dans tous les domaines.

Toutefois, le verdict doit tomber… Pour moi, Kyle est soporifique.

 

 

En soi le roman n’est pas mauvais et est vraiment réaliste. Les manipulations des médias et réseaux sociaux sont traités avec justesse. Toutefois, le rythme, les personnages, la lecture, sont mous… J’ai failli arrêter le roman à de nombreuses reprises car même les rebondissements sont mous. « #Famous » est un roman à faire lire aux collégiens, pour bien leur montrer que rien n’est sans conséquences. Toutefois, le roman aurait gagné en qualité avec une touche de pep’s !

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *