A cœurs ouverts de Jessi Kirby chez Bayard

by on 20 mai 2018

Présentation de l’éditeur

Voilà 400 jours qu’Emily a perdu l’amour de sa vie, Matt, dans un accident de voiture.
Transgressant les règles, elle a enquêté et retrouvé l’identité de celui qui a reçu le coeur de Matt : Tom Colton. Ce 400eme jour, elle se résout à prendre sa voiture pour « le voir », rien de plus, elle se l’est promis. Mais ils se parlent. Et c’est comme si Tom et Emily se connaissaient depuis toujours…

Auteur: Jessi Kirby

Editeur: Bayard

Parution: 11 avril 2018

Quand j’ai découvert ce roman, je ne me suis pas sentie emballée d’emblée. Je n’avais pas encore lu le résumé mais la couverture ne me plaisait pas. Elle est sympa mais un peu trop « littérature jeunesse (9/14 ans) » à mon goût. J’ai de plus en plus de mal avec ce type de couverture ces derniers temps. Surement car je ne suis plus la cible (ok, je ne le suis plus depuis longtemps mais là je ne sais pas j’ai envie d’autre chose, bref…). Une fois le résumé lu, le sujet m’a titillé. J’aime l’idée du lien fait via le don d’organe. Il fallait donc que je tente cette lecture.

 

Emily a perdu le garçon qu’elle aime il y a 400 jours. Matt (le petit ami) était donneur d’organe, son cœur a été transplanté dans le corps d’un garçon de son âge. Emily a recherché toutes les personnes ayant reçu une partie de Matt et leur a écrit, seule une personne ne lui a pas répondu : Tom Colton, le receveur du cœur de Matt. Elle va donc partir à sa recherche, elle veut savoir qui il est, peut être voir Matt à travers lui… Faire son deuil.

 

C’est assez étrange car dès les premiers chapitres j’étais partagé entre approuver le comportement d’Emily (ou au moins le comprendre) et me dire qu’elle ne devrait pas chercher plus si le receveur n’a pas répondu. Je me mettais à la place de Tom, je ne sais pas si j’aurais envie de rencontrer des proches de mon donneur. Et je dois dire qu’une fois le roman refermé je ne sais toujours pas me positionner. Toutefois, l’histoire est vraiment bien menée pour amener le lecteur à réfléchir. L’auteur n’est pas moralisateur, il fait juste regarder les choses depuis plusieurs points de vue.

L’écriture est fluide et permet une lecture sans prise de tête. Les moments s’enchainent naturellement. On suit les personnages principaux dans leurs découvertes de l’autre et de la vie après un décès et après un retour à la vie. C’est touchant car l’auteur nous met vraiment au cœur de la psychologie et de l’histoire des personnages.

On passe de beaux moments à regarder les paysages et la mer avec Emily et Tom. On est comme un petit ange gardien au-dessus d’eux.

 

Emily est un personnage tout particulièrement attachant. Elle n’arrive pas à faire son deuil, et je dois avouer qu’elle m’a fait me demander comment j’aurai vécu les choses à l’adolescence, voir même maintenant. Elle a une énergie enfouie en elle qu’elle ne souhaite pas laisser sortir pour ne pas « trahir » Matt. Elle s’en veut de vivre encore, d’avoir des moments heureux alors que lui ne peut plus en avoir. La rencontre avec Tom se révèle plus difficile qu’elle ne le pensait car Tom va lui montrer ce qu’est l’envie de vivre envers et contre tout.

C’est un personnage qui donne du courage dans son approche de la perte.

 

Tom est un rayon de soleil couchant et levant. Ce personnage met du baume au cœur. Il a une rage de vivre tout en restant humble. Il ne parle que peu de lui, tout en donnant énormément aux autres. Il connait les risques de la transplantation et de la vie de transplanté, mais ne veut pas que cela le stoppe, l’empêche d’être normal. Il fait du bien à l’âme. Il a remis en perspective plusieurs choses pour moi. Et cela sera surement aussi le cas pour vous.

 

Le thème de la mort est sous-jacent tout au long du roman, mais il n’est pas lourd, déprimant. Peut être mélancolique… Mais ce thème donne surtout toute sa légitimité à la vie et à l’ode qu’en fait l’auteur.

 

 

Ce roman est un roman qui fait du bien et nous permet de nous dire encore et encore que la vie est précieuse et qu’elle vaut la peine d’être vécu. Une empathie ne peut que se créer avec les personnages. On se sent bien avec eux et au final on se sent bien dans ce roman. N’hésitez pas à lire « A cœurs ouverts », vous ne le regretterez pas ne serait ce que pour la philosophie qui en ressort

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.