Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail
formats

Cité 19

51bC87jz6SL._SX309_BO1,204,203,200_

 

Présentation de l’éditeur

Que faisait le père de Faustine à minuit au sommet de la tour Saint-Jacques ? Et qui l’a précipité dans le vide ? Convoquée pour identifer le corps, Faustine ne reconnaît pas les mains de son père. Persuadée qu’il a été kidnappé par une secte mystérieuse, elle se lance sur la piste d’un inquiétant personnage. Elle suit l’homme dans une station de métro, trébuche, perd connaissance et se réveille… 150 ans plus tôt !Pour Faustine, c’est le début d’une série d’aventures, aux confins du thriller, de la science-fiction et de l’Histoire.

Auteur: Stéphane Michaka

Editeur: Pocket Jeunesse

Parution: 07 octobre 2015

 

CHRONIQUE EVEY

 

Je dois dire que j’ai pris ce roman uniquement grâce à sa couverture et aux mots « 19ème siècle » dans le résumé. Oui, je suis faible. Bref, j’ai lu ce roman il y a déjà 2 mois et demi et je dois dire que je bloquais vraiment pour écrire ma chronique. Je n’arrivais pas à trouver les mots justes et à faire quelque chose de clair. Il a fallu que je rencontre l’auteur, Stéphane Michaka, au moment du salon du livre jeunesse de Montreuil pour enfin avoir sous mes doigts les mots dont j’avais besoin.

 

Alors qu’elle revient d’un de ses multiples vagabondages artistiques, Faustine apprend par la police que son père a été retrouvé mort au pied de la tour Saint-Jacques. La jeune fille doit identifier le corps à la morgue, et qu’elle ne fût pas sa surprise de découvrir que le cadavre n’est pas celui de son père. La jeune fille ne dit rien à la police et se lance dans une quête qui semble hors norme et hors du temps pour retrouver son père. Rapidement, Faustine va être intriguée par un homme étrange appartenant, si elle a bien compris le mot qu’il lui donne, à un groupe / secte secret. Est-il la clé ?

Je ne suis pas une spécialiste du 19ème siècle, même si j’adore cette période. Mais l’univers que nous propose Stéphane Michaka est réaliste et rentre parfaitement dans la case 19ème de mon cerveau. Les anachronismes ne m’ont pas gênés et ne sont pas non plus légions. Dès le début, on rentre dans une bulle effervescence, lumineuse et sombre, folle et inquiétante. Ici tout marche en contradiction, le côté blanc met en valeur le côté noir, et inversement. Et bien que j’ai adoré la partie contemporaine de l’histoire, j’avoue que ce vieux Paris m’a envoûté.

Le rythme est soutenu, malgré tout, l’auteur nous laisse des moments plus calmes, des moments où on peut se poser et réfléchir. Et je peux vous dire que l’on réfléchi pas mal. Rien n’est simple, les époques et le temps s’entremêlent. Heureusement, la plume efficace de Stéphane Michaka facilite les choses. Les intrigues se mettent en place doucement dans la tête du lecteur, nous permettant de ne rien laisser passer. Les rebondissements ne sont pas spécialement nombreux, mais OMG ! efficaces !

J’ai sincèrement hâte de lire le second tome car les derniers chapitres sont juste intenses ! On apprend des choses qui mettent en lumière certaines informations, mais aussi des questions ! Encore plus de questions.

Je ne vous en dis pas plus sur les intrigues car elles sont très faciles à spoiler… Il y a tellement de choses qui se télescopent… Ce roman foisonne de détails importants et trépidants.

Faustine est une jeune fille sombre et mal dans sa peau. Elle vit chez son père une partie du temps, et ne lui laisse pas la possibilité de l’aimer. Faustine a eu une période difficile qu’elle espère oublier, mais qui ne veut pas la quitter. Jeune fille intelligente et sensible, Faustine a rapidement su capter mon attention. J’ai aimé assez rapidement cette jeune fille qui n’est pas spécialement originale dans ce type de roman. Les ados rebelles sont assez nombreux dans le Young Adult, mais Faustine ne leurs ressemble pas vraiment tout en leurs ressemblant. Vous savez, vous vous sentez à l’aise avec elle, comme si vous l’a connaissiez déjà. Mais malgré tout elle est différente. L’évolution du personnage est très intéressante et étonnante. Mais chut 😉 !

Les personnages secondaires sont développés. Cela permet de rendre plus réel l’univers de « Cité 19 ». La plupart sont intrigants. Tous jouent un rôle bien précis dans le récit, et n’en débordent pas. Quoi que….

 

Bref vous l’aurez compris, j’ai vraiment aimé ce premier tome de « Cité 19 ». Stéphane Michaka m’a bluffé et j’ai hâte qu’il refasse la même chose avec le second tome. « Cité 19 » est une énorme énigme qui ne pourra que titiller votre intellect, votre âme de scientifique et de Sherlock.

 

 

 

AUTEUR – Stéphane Michaka

72_INr0C

Stéphane Michaka est né à Paris le 17 octobre 1974. Après une maîtrise de droit, il étudie la littérature et le théâtre à l’Université de Cambridge (Royaume-Uni) où il obtient un Master of Arts. De 1998 à 2000, il est lecteur de français à l’Université du KwaZulu-Natal en Afrique du Sud. Rentré en France, il travaille comme script-editor sur des scénarios de fictions pour la télévision. Parallèlement, il écrit ses premiers textes pour la scène dont de nombreuses pièces et adaptations pour France Culture, destinées notamment à un public d’enfants et adolescents. Il écrit aussi de nombreux articles sur la littérature policière, réalise des bandes dessinées et traduit plusieurs romans et nouvelles. De nombreux articles élogieux lui sont consacrés dans, par exemple le Monde des livres. Cité 19 est son premier roman jeunesse.

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *