Cinder – tome 1

3 décembre 2012

 

Présentation de l’éditeur et infos

CHRONIQUE – EVEY

Cinder

Réécrire un conte de fée populaire est toujours risqué. Réécrire un conte de fée qui a déjà été réécrit de nombreuses fois, c’est très risqué. Cinder va t-il réussir le défi? Vous le saurez dans quelques lignes.

 

Cinder est une jeune cyborg. Elle a été adopté, à l’âge de 11 ans par une famille humaine. Cinder n’est aimé que par son Père et la plus jeune de ses belles sœurs, c’est pourquoi à la mort de son père elle se retrouve avec le statut « d’esclave ». Sa belle mère n’a pour elle aucune considération. Pour elle les cyborg ne pleurent pas donc ils ne ressentent rien. Cinder est mécanicienne, surement la meilleure de tout New Beijing. Il est donc tout naturel que le Prince viennent la voir pour réparer un robot auquel il tient beaucoup. La prince va t-il tomber sous le charme de Cinder? Va t’il passer outre sont statut de cyborg? Je vous laisse le découvrir par vous même.

Jusque là; vous vous dites que « Cinder » n’a rien de vraiment original. Que Cinder soit un cyborg revient à en faire un être différent, un être vu comme « inférieur ». On retombe sur une question de racisme. Pourtant « Cinder » ce n’est pas que cela puisqu’en parallèle de l’intrigue amoureuse deux intrigues bien plus profondes sont développées:

Une épidémie se répand sur Terre, tuant de plus en plus d’humains. Pour trouver l’antidote, les médecins ont demandé aux détenteurs de cyborgs de les donner à la science contre une prime.

En parallèle, voir s’entrecroisant avec cette intrigue; tout un jeu politique est mis en place. La reine lunaire aimerait étendre son pouvoir à la région de New Beijing, voir plus. Cela n’enchante pas le prince qui ne souhaite pas l’épouser. Tout le monde sait que la reine Lunaire est dur avec son peuple et le fait marcher à la baguette grâce à son pouvoir lunaire, un pouvoir de séduction très puissant.

Les trois intrigues sont parfaitement menées, l’auteur alterne romance, action et jeu politique pour le plus grand bonheur des lecteurs. Marissa Meyer sait tenir son publique en allène et ce jusqu’à la dernière page.

Ce premier tome est un tome de mise en bouche. L’univers de « Cinder » est bien plus développer que ce l’on pourrait croire au premier abord. Ce tome est a prendre comme une introduction et quelle intro! Je n’ai qu’une envie lire la suite!

 

 

Cinder est un personnage vraiment attachant de par son humanité. Pleine d’humour et faite pour l’amour, elle n’hésite pas a se lancer dans ce qu’elle croit. J’ai vraiment aimé suivre ses aventures. On a tantôt le sourire au lèvre, tantôt la gorge serrée. Cinder est un personnage haut en couleur qui ne pourra que vous séduire.

 

Entre jeu politique, action, amour et philosophie, « Cinder » dépasse de loin ce a quoi je m’attendais. Ce petit bijou post apocalyptique mérite une place dans votre bibliothèque. Ce roman rend au « contes de fées » ses lettres de noblesse. Les frères Grimm approuveraient!

 

ps: Il a été vraiment difficile d’écrire cette chronique car « Cinder » est bien plus profond et complexe que ce que le 4 ème de couverture laisse à penser. Voila une semaine quasiment que j’ai terminé le roman et pourtant je n’arrive toujours pas à ordonner mes idées pour ne vous dévoiler que la surface des choses et ne pas vous spoiler. Excusez donc cette chronique surement très brouillon.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.