Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail
Home Actu Chronique Celle dont j’ai toujours rêvé… de Meredith RUSSO / Pocket Jeunesse
formats

Celle dont j’ai toujours rêvé… de Meredith RUSSO / Pocket Jeunesse

 

Présentation de l’éditeur

Amanda Hardy arrive dans un nouveau lycée. Comme beaucoup, elle souhaite avant tout s’intégrer. Mais malgré sa popularité, un secret l’empêche de s’ouvrir aux autres. Sa rencontre avec Grant remet tout en question. Il est le premier garçon qui parvient à lui faire baisser sa garde. Amanda comprend que pour être heureuse, elle doit se révéler, au risque de tout perdre.

Auteur: Meredith RUSSO

Parution: 02 février 2017

Editeur: Pocket Jeunesse

FICHE ROMAN

*

*

*

Des sujets de romans il y en a beaucoup. Des plus ou moins tristes, doux, amers, joyeux, déconcertants, étrange …  Quelque soit le sujet, si l’auteur réussi à emporter le lecteur dans son univers et son histoire alors même les moments les plus difficiles seront surmontés. Je ne vous dis pas que vous n’aurez pas quelques larmes. Je vous dis seulement que vous refermerez ce type de roman avec un vide, un apaisement.

« Celle dont j’ai toujours rêvé » fait partie de ces romans touchants et dérangeants. Le thème abordé est très inhabituel en YA et demande une certaine ouverture d’esprit du lecteur. Mais je ne vous en dis pas plus. Je ne veux pas vous spoiler.

 

 

Amanda est une jeune fille timide et discrète, qui ne veut surtout pas faire de vagues. Un événement douloureux la force à déménager et à aller vivre chez son père. Ici personne ne la connait, elle peut démarrer une nouvelle vie.

A peine arrivée dans son nouveau lycée, Amanda fait la connaissance de Bee, mais aussi de Parker (qu’elle envoie gentiment balader quand ce dernier lui propose de sortir avec elle), de Grant, de Layla, Anna et Chloé. Rapidement la jeune fille va devenir amie avec la bande de Layla. Elles vont l’emmener partout ! Dans des fêtes, faire les magasins, … bref faire toutes les choses que généralement les ados font. Pourtant ce sont des premières fois pour notre héroïne. Amanda n’a pas elle l’habitude de tout cela. Elle découvre un univers qui lui plait et s’y épanouie. Grant a ses côté, Amanda se sent pousser des ailes et voit le monde différemment. Petit à petit des sentiments naissent, amitié, amour, envie, désir, … Toutefois, il ne faut pas que le secret d’Amanda soit dévoilé… Sinon son nouveau monde risque de s’écrouler.

 

L’auteur nous propose un récit tout en douceur mais malheureusement mou. On se sent comme dans un marshmallow, prit au piège et ralenti dans une substance douce. Ce n’est pas désagréable mais en même temps, parfois, on a envie d’avoir plus. On veut des rebondissements, que ça bouge.

Je n’ai rien contre les récits quasiment exclusivement mignons et gentils, mais ici on est un peu trop dans le monde des Bisounours. Et bien que l’énorme épée de Damoclès se trouvant au-dessus de la tête d’Amanda puisse stresser le lecteur, on s’attend à ce qu’elle tombe dans les derniers chapitres. Et c’est ce que l’on découvre en lisant le roman. J’aurai aimé plus de rebondissements, de moments forts. Là, l’auteur me laisse avec un goût de « il manque quelque chose » dans le cerveau.

 

Amanda est un personnage que l’on ne peut qu’aimer et ce dès les premiers chapitres. Sa vie n’a pas été rose et pourtant elle prend son changement d’habitation comme un nouveau départ positif. Elle compte bien faire le maximum pour que cela soit vrai. Timide, elle est parfois fade. Ce qui est triste car Amanda est un personnage qui a du corps et qui mériterait plus de reliefs. J’ai aimé les deux parties de la vie de la jeune fille. Ses souffrances sont vraies et sans dramatisation. L’auteur reste dans du réel sans jamais tomber dans le surplus. Et ça, dans ce type de roman ça vaut de l’or.

 

Les personnages secondaires sont bien développés et permettent de faire avancer l’intrigue sans se fixer sur le secret d’Amanda. Ils ont chacun une personnalité différente et leurs petits secrets. Ce qui les rend encore plus sympathique. J’aime comment l’auteur les a intégrés au récit. Les faisant piliers de l’histoire et du dénouement.

 

 

Malgré une mollesse générale, « Celle dont j’ai toujours rêvé » est une belle lecture sur un thème atypique qui mériterait plus de romans. Ce récit m’a fait un peu penser à « Virgin Suicide » dans son traitement. Tout en en étant différent. C’est comme s’il y avait un filtre rose/jaune Instagram sur les mots et les images qui nous viennent à l’esprit. Une chanson douce en fond. Et le bruit de nos pas tamisé par un sol mousseux, main dans la main avec Amanda. Meredith RUSSO nous offre une bien belle balade…

 

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *