Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail
Home Actu Chronique Carry On de Rainbow Rowell
formats

Carry On de Rainbow Rowell

 

Présentation de l’éditeur

Simon Snow déteste cette rentrée. Sa petite amie rompt avec lui ; son professeur préféré l’évite ; et Baz, son insupportable colocataire et ennemi juré, a disparu. Qu’il se trouve à l’école de magie de Watford ne change pas grand-chose. Simon n’a rien, mais vraiment rien de l’Élu. Et pourtant, il faut avancer, car la vie continue…

Auteur: Rainbow Rowell

Editeur: Pocket Jeunesse – Lien vers le site PKJ

Parution: 05 janvier 2017

 

Ce n’est pas le premier roman de Rainbow Rowell que je lis puisque j’ai lu « Eleanor & Park ». Je n’ai d’ailleurs pas vraiment aimé ce dernier. Toutefois, on m’a tellement fait des éloges sur « Carry On » et son univers magique « à la Harry Potter » que je n’ai pas voulu passer à côté de ce qui aurait pu être un coup de cœur. Je me suis donc lancée dans le roman sans vraiment d’à priori. Ma mauvaise expérience de « Eleanor & Park » relayée dans le fond de ma tête. A moi le monde magique de Rainbow Rowell !

 

Bon, je vous le dis tout de suite, car vous allez de toute manière le sentir dès ma première phrase… Ce roman est une énorme déception. Je n’ai pas eu le courage de lire les 100 dernières pages tellement cette lecture a été laborieuse pour moi. J’ai su dès les 100 premières pages lues que j’allais avoir du mal à aller jusqu’au bout, et cela a été le cas. Et pourtant il est vraiment rare que je ne termine pas un roman que j’ai commencé. Bref, maintenant que cela est posé, je vais vous expliquer pourquoi je n’ai pas réussi à rentrer dans « Carry On ».

L’univers que nous propose Rainbow Rowell est un univers magique assez basique mais sympathique. Baguettes, sorts de base, familles anciennes de magiciens, un élu, un mage très puissant à la tête de l’école, des fantômes et une histoire de voile qu’ils peuvent traverser, des sorts dit à voix haute, … A noter que tous les sorts que j’ai pu découvrir dans la partie que j’ai lue sont des sorts assez gnian gnian, être propre, sec, … En dehors de la mythologie autour des fantômes, j’ai trouvé assez pauvre ce que nous propose l’auteur. Et je ne fais pas que la comparaison qu’avec la saga Harry Potter, mais aussi avec de nombreux livres jeunesses parlant de la magie que j’ai pu lire. Soit c’est sympathique et quelques êtres surnaturels sont intéressants. Toutefois, je n’y ai pas trouvé mon compte. Et cela surement en grande partie parce que l’intrigue du roman ne sert pas l’univers.

Passons d’ailleurs à celle-ci. Là encore, comme pour l’univers, l’intrigue principale est basique et manque d’originalité. Nous sommes en présence d’un ado élu qui est le seul espoir contre « le gros méchant ». Son mentor est le directeur de l’école mais aussi un personnage assez antipathique (ça ça change un peu). L’élu, Simon, est entouré de sa petite amie (que je n’ai pas supporté plus d’une page) et de sa meilleure amie (la plus forte de l’école) pour remettre le monde de la magie en ordre. Ajoutez rapidement à ce groupe le colocataire de chambrée de Simon, qui est l’un des descendants de la plus ancienne famille de sorciers, mais qui est aussi son pire ennemi et vous aurez la « troupe héroïque ». Ouais… Du déjà vu je ne vous le fais pas dire… Mais je suis passée outre assez longtemps en me disant que les choses allaient bouger. Et je dois dire que l’un des rebondissements sur la romance du livre m’a fait plaisir car je ne m’y attendais pas du tout. Après on pourra reparler de la façon dont l’auteur amène la chose (comme un cheveu sur la soupe), mais bon je reste sur une bonne surprise avec ce rebondissement sentimental. Mais cela ne sera pas suffisant…

Revenons aux intrigues. Plusieurs s’entremêlent et se servent les unes les autres et j’ai beaucoup aimé cela. Il y a ainsi une belle fluidité de lecture. Les faits sont donnés en allant et s’intègrent les uns dans les autres assez facilement. A aucun moment on ne se dit : « Mince j’ai manqué quelque chose ». L’auteur nous emmène là où il veut avec une facilité déconcertante. Je dois dire que c’est le gros point fort du roman. N’ayant pas lu la fin je ne peux pas vous dire ce qu’elle vaut à mes yeux. Toutefois, le choix d’arrêter ma lecture a été motivé par 2 choses, et la qualité de l’intrigue est la seconde.

Passons donc à la première (oui je fais les choses dans le désordre aujourd’hui), celle qui m’a le plus déplu dans le roman… Les PERSONNAGES !

Commençons par Simon le personnage principal. Simon est LOURD ! Déjà il est totalement obnubilé par son colocataire, de façon excessive. D’ailleurs autant le noter tout de suite, TOUS les personnages sont excessifs en TOUT. Simon n’a rien pour lui. Sa relation amoureuse est juste « zéro », il se prend pour le petit copain normal. Comme s’il y avait une normalité dans les relations amoureuses… Passons à sa relation avec Baz, LE colocataire. Leur relation à la « fuis moi je te suis et suis-moi je te fuis » est juste ultra énervante. On dirait des gamins d’école primaire qui se tourne autour. Les réactions de Simon ne sont à aucun moment justifiées. On ne peut même pas dire qu’il y est une logique ou un effet de pulsion. Enfin s’il y en a je ne l’ai pas du tout ressenti. Simon se pense intelligent mais en fait il est sanguin, fait les choses à l’instinct et réfléchi parfois après. Et ça va cinq minutes ce type de comportement. Il n’a pas 10 ans…

Passons à la meilleure amie, Pénélope. Voici pour moi l’un des personnages les plus intéressant de l’histoire. Bien que Pénélope tape autant sur les nerfs que Hermione dans le premier tome de la saga Harry Potter, je dois dire que j’ai appris à l’apprécier au fil des pages. Elle est intelligente et intuitive. Ses actes correspondent à son caractère. J’aurais aimé en savoir plus sur elle et sa famille.

Agatha est LE personnage que j’ai détesté dès sa première apparition. Mi fleur bleue à 2 €, mi garce à 2€ aussi, Agatha est tout ce que je peux détester chez une fille. Elle se croit mature et forte alors qu’elle est encore pire qu’une princesse Disney ou Nintendo en danger… Elle est désagréable à souhait dès qu’elle ouvre la bouche. Et le mieux c’est qu’il faudrait qu’on la plaigne…. Bah NON !!!

Baz est pour moi le personnage le plus intéressant de l’histoire. Malheureusement je trouve que l’auteur ne l’a pas assez développé. Il met du temps à prendre sa place et ne s’impose pas assez alors qu’il en a le pouvoir. Baz a une histoire personnelle qui est vraiment intéressante et intrigante, des zones d’ombres qui titillent le lecteur. Mais voilà, Rainbow Rowell reste à la surface. Préférant nous offrir un Baz bi-obsessionnel.

 

Bref après cette très longue chronique j’espère que vous comprendrez mon point de vue. Je pense que le livre pourra plaire à un certain type de lecteur pour qui la magie de l’univers est le plus important. Pour ma part, je suis totalement passée à côté du roman et je pense que ce sera le dernier que je lirai de l’auteur…

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn
No Comments  comments 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *