Belle De Glace

4ème de couverture et infos

Rosalinda Fitzroy.
Jeune. Riche. Talentueuse.
Une véritable princesse, figée à jamais
dans son cercueil de verre.

À jamais ? Pas tout à fait.
Rose a dormi pendant soixante ans. Le baiser
d’un Prince Charmant l’a arrachée à ses rêves.
Savait-il qu’il allait transformer la vie de Rose
en un vrai cauchemar ?

À son réveil, tout a changé.
Des épidémies ont décimé les trois quarts
de l’humanité, emportant ses parents,
effaçant son premier amour.

Rose est seule dans un monde qu’elle
ne connaît plus. Et comme si ça ne suffisait pas,
quelqu’un la suit, comme son ombre.

Quelqu’un qui voudrait la voir disparaître…

Auteur : Belle De Glace

Éditeur : Black Moon

Parution: 5 Février 2012

EXTRAIT

CHRONIQUE – JORDAN

Belle De Glace est un très bel ouvrage, qui m’a complètement subjugué. A mi-chemin entre la dystopie et la science-fiction, le roman nous entraîne dans un voyage fascinant au premier abord, et qui devient aussi terrifiant que magnifique au final. L’histoire de Rose et de sa vie m’a totalement conquis, et je peux d’ores et déjà affirmer que si Anna Sheehan écrit d’autres romans, je sauterai dessus les yeux fermés.

Dès les premières pages du roman, l’intrigue nous surprend et nous donne envie d’en savoir plus. En effet, nous faisons la rencontre de Rosalinda Fitzroy, une jeune femme de seize ans, mise en stase depuis… Plus de soixante ans. Plutôt saisissant, non ? Le cadre est posé dès le début, un bel atout pour cette intrigue inédite. Rose va très rapidement faire la rencontre de Bren, le garçon qui l’a réveillée, ainsi que quelques-uns de ses amis, dont Otto, un humain à l’ADN modifié qui a la peau bleue, qui ne sait pas parler, et qui ressemble à un extraterrestre.

Comme vous pouvez le constater, l’univers du livre est vraiment très poussé, et rondement bien mené. J’ai eu des étoiles dans les yeux à maintes reprises en découvrant à quel monde Rose allait devoir s’accoutumer. Tout y est très sophistiqué, très futuriste. J’ai adoré imaginer cette planète qui pourrait être la nôtre dans des dizaines d’années. Pour moi qui suis un énorme amateur de dystopies, j’ai été conquis, bien qu’on nage plutôt dans la science-fiction. Mais avec Belle De Glace, la limite entre ces deux genres est encore plus fine que d’habitude.

Rose est un personnage auquel on s’attache très vite. Après son réveil, elle va devoir se faire à l’idée que toutes les personnes qu’elle connaissait sont mortes. Que le monde a changé. Que la Terre a continué de tourner. Et que rien ne sera jamais comme avant. Elle ressort de ses soixante années de stase très, très, affaiblie. Aussi bien physiquement que psychologiquement. On voit en elle un protagoniste déchiré et détruit, qui ne cesse d’être empreint à une mélancolie dévastatrice. Rose est vraiment une héroïne émouvante et captivante, qui, même si elle a été anéantie par la vie, va vouloir se battre et se reconstruire un semblant d’existence.

Le seul bémol que je peux trouver à Rose est le fait qu’elle ne se pose tout de même pas assez de questions. Elle se torture l’esprit avec énormément de choses, mais j’ai eu l’impression qu’on survolait certaines idées à des moments. Elle arrive après soixante ans et, même si l’horreur de ce qu’elle vit est palpable, j’ai eu l’impression qu’elle se faisait vite à cette idée. Mes sentiments sont assez paradoxaux dans le fond : je suis tombé sous le charme de Rose et de son histoire, mais j’ai eu l’impression de frôler quelques sujets. Enfin, c’est lorsqu’on cogite de cette manière après un roman qu’on se rend compte qu’il nous a marqué, non ?

A côté de cela, notre lecture est juste hyper, hyper, fluide. Le style d’Anna Sheehan est… Exceptionnel ! Les pages se tournent d’elles-même ! Sa plume est merveilleuse, et elle parvient à nous transporter corps et âme dans son ouvrage. Dès que je commençais à lire, je m’évadais à cent pour cent. Plus un bruit autour de moi, plus un souci, plus aucune pensée. Comment vous dire… Je suis tombé amoureux de cette sensation. L’auteure parvient à totalement nous enivrer grâce à son histoire. Un vrai bonheur !

La romance dans Belle De Glace tient une place assez particulière, ce qui change nos habitudes. L’histoire d’amour que vit Rose est surtout présente dans son esprit et dans ses souvenirs, bien que les personnages masculins de son « nouveau présent » ne la laisse pas insensible. Les passages romantiques de l’intrigue sont à couper le souffle. Là, j’étais littéralement emporté dans l’univers envoûtant du livre. Anna Sheehan sait trouver les mots pour nous transmettre à la fois la douleur et le bonheur de notre petite Rosalinda quand elle ressasse les images de son ancienne vie. De plus, nous ( aussi bien Rose que nous, lecteurs ) devons affronter au cours de l’histoire des tas de rebondissements qui nous bouleversent. Je n’ai vu pratiquement aucun de ces derniers venir, et je peux vous assurer que j’ai failli m’étouffer à plusieurs reprises ! Les surprises que nous offre l’auteure sont vraiment inattendues ! Du plaisir à l’état pur, voilà de quoi regorge Belle De Glace.

Derrière tout cet aspect assez « normal » du roman se cache également une facette bien plus profonde. Ce roman est une extraordinaire et rare leçon de vie. La société de Rose pourrait être la nôtre. Les horreurs que les humains ont vécu pourraient nous arriver un jour. Mais c’est surtout ce qui est arrivé à Rosalinda qui nous trouble. En effet, cette histoire de « stase » est tout autant charmante qu’effrayante. Belle De Glace nous transmet un message, un message assez terrifiant en fin de compte. Quand on se creuse la tête, on comprend que Rose est complètement à la merci de ceux qui lui ont fait miroiter une existence parfaite ( je vous rassure, je ne vous spoile pas ). Ainsi, on peut se remettre en question : ce que je vois est-il vraiment la réalité ? Ou bien vois-je juste ce qu’on m’a dit de voir ? Et si tout ce en quoi je croyais n’était qu’un horrible mensonge ? Une réflexion philosophique vraiment passionnante à découvrir.

En bref, Belle De Glace est un ouvrage poignant et puissant, qui nous embarque complètement dans un univers angoissant qui pourrait parfaitement être le nôtre dans l’avenir. Rose est une héroïne déstabilisante, pleine de tristesse et d’espoir pour le futur. Anna Sheehan a réussi dans son premier roman à écrire une histoire profonde avec un vrai message à la clé. Une lecture alarmante et brillante, qui mérite sans aucun doute que vous la découvriez.

 

Chronique d’Evey 

Une petite confession avant de vous laisser lire la chronique. La couverture de ce roman ainsi que le titre ne m’inspiraient pas vraiment. Si Cécile n’avait as eu la gentillesse de m’envoyer le roman et le nez fin (elle connaît mes goûts) je serais passé à côté d’un très très bon roman, qui ne possède aucun point négatif à mes yeux. 

 
Le gros point fort de « Belle de Glace » réside en ces nombreux rebondissements. J’ai été surprise tout au long du roman. J’ai adoré ça! 
Contrairement à d’autres romans où on s’attend plus ou moins à un rebondissement et donc cherche le moindre petit indice. Ici les rebondissements arrivent sans crier gare, fracassants, savoureux et finement.
 
L’histoire de « Belle de Glace » ressemble un peu dans un premier temps à celle du film « Hibernatus ». Rose est sortie de sa stase après plusieurs dizaines d’années. Ces parents sont morts et le monde tel qu’elle le connaissait n’existe quasiment plus. Rose découvre à travers les chapitres la vérité sur sa vie et sa dernière stase. Rose doit aussi faire face à la vie d’ado qu’elle n’a pas encore vécu malgré ces 100 ans théoriques et surtout à la pression qui pèse sur ces épaules en temps que seule héritière de la plus grosse société du monde; Unicorp.


Plusieurs thèmes sont abordés dans le roman: la famille, l’amour, l’amitié, le temps, la différence… Thèmes communs me direz vous, soit mais ils sont ici traités avec originalité. Les thèmes sont plus des murmures que l’on entend en fond car l’histoire  se suffit à elle même. Mais quand on tend l’oreille, on découvre toute la finesse de l’œuvre. Ces réflexions sont la noisette cachée sous le chocolat du Rocher Suchard.
 
Rose est une jeune fille attachante, intelligente, fragile et sensible. Bien que déboussolée par son réveil tardif, elle s’accroche à ce qu’elle aime et à ses idées, à se qu’elle était. J’ai aimé sa fraîcheur, mais aussi « grandir » avec elle, découvrir avec elle les événements qui se sont passés durant sa stase. Un autre des gros point fort de « Belle de Glace », sont les flash back. Ils donnent à plusieurs reprises un tournant décisif à l’histoire.
 
Le personnage de Bren ne m’a pas foncièrement attiré, contrairement à Otto qui dès son apparition m’a envoûté. J’ai adoré ce personnage muet, à la sensibilité unique. 
Les autres personnages secondaires ne sont pas inintéressant et mettent en relief les intrigues et diverses réflexions de « Belle de Glace ».
 
 
En résumé, « Belle de Glace » est un roman original, profond et prenant. Un conte de fée ou parfois la bonne fée s’est loupée et ce n’est pas pour me déplaire.


	

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.